Salted Caramel Brownies

Earlier this month, my brother came over with his family for the weekend. Party time!! I knew they had a long road and would arrive completely exhausted in the middle of the night, and I wanted to bake a little something to welcome them. They might not want to eat at 3am, but at least they will go to bed dreaming of the following breakfast!

I had spent most of the winter baking vegetable cakes or citrusy muffins, but on this special weekend I started to have chocolate cravings again. What’s better than good rich fudgy brownies to satisfy this? No-thing!!

I checked on several of my favorite blogs, and as usual, My Baking Addiction’s recipes  made me drool. I chose a recipe of sweet and salty brownies, filled with salted caramel. Salted caramel is a typical candy in the West of France (also sold as a spread), so somehow it sounded familiar!

I had never made any kind of caramel in my life, but it was surprisingly easy and delicious on the first attempt. This is usually a good sign for the rest of the recipe, and it stayed true! Believe me, it was good. Everyone gained a pound or two this weekend. I tried to stay as faithful as possible to the original recipe (except when ingredients don’t exist here), but overly sweet desserts aren’t really common in France, so I discarded a good amount of the sugar. Thanks to the caramel layer it was still sweet enough, so don’t hesitate to do the same. I know you can’t really pretend to watch calories when you go for brownies, but it will relieve a bit of your guilt (at least it relieved some of mine). ^^

Let’s goooooo:

 

SALTED CARAMEL BROWNIES

 

Ingredients:

For the caramel layer:

  • 1 cup sugar
  • ¼ cup water
  • 2 tablespoons light corn syrup (1 ½ tablespoons agave syrup in my case)
  • ½ cup heavy cream (light cream in my case)
  • 1 teaspoon Fleur de Sel
  • ¼ cup sour cream (crème fraîche in my case)

For the brownie:

  • 1 ¼ cups all-purpose flour
  • 1 teaspoon salt
  • 2 tablespoons dark unsweetened cocoa powder
  • 11 oz quality dark chocolate (60 to 72%)
  • 1 cup unsalted butter (I put 1 2/3 sticks instead of 2 sticks)
  • 1 ½ cups sugar (only 1 cup for me)
  • ½ cup light brown sugar
  • 5 large eggs, at room temperature
  • 2 teaspoons vanilla extract

 

Directions:

For the caramel layer:

  1. Combine 1/4 cup of water with the sugar and corn syrup in a medium saucepan. Try not to put sugar on the edges of the saucepan when you combine the ingredients. Cook over high heat until the caramel takes a dark amber color, it should take 6 to 8min.
  2. Remove from the heat, and slowly add the cream. Be extra careful, because for a few seconds the caramel is going to get crazy and all bubbly, so don’t burn yourself with splatters. When the caramel is quiet again, add the Fleur de Sel, and whisk in the sour cream. Set aside to cool.

For the brownie:

  1. Preheat the oven to 350F. Grease and flour a 9x13in pan. If you don’t want to serve the brownie in the same pan, you might want to line the bottom with a sheet of parchment paper, and butter the parchment.
  2. In a medium bowl, whisk together the powders: flour, salt and cocoa powder.
  3. Melt the chocolate and butter in the bowl of the double boiler set over a pan of simmering water. When completely melted and combined, turn off the heat, keep the bowl over the water of the double boiler, and add the sugars. Whisk until well combined and remove the bowl from the pan.
  4. When this mixture is at room temperature, add 3 eggs, whisk until just combined. Add the 2 remaining eggs, whisk again until just combined, and stir in the vanilla. Try not to overbeat the batter, or the brownies will be cakey.
  5. Sprinkle the dry ingredients over this chocolate mixture. Fold it into the batter with a rubber spatula, until there is a just a few traces of the flour visible.
  6. Pour half of the brownie mixture into the prepared pan, smooth the top with a spatula. Drizzle about 1 cup of the caramel sauce over the brownie layer and spread it evenly. Make sure that the caramel does not come in contact with the edges of the pan, or it will burn. Pour the rest of the brownie mixture over the caramel and smooth gently to cover the caramel layer.
  7. Bake for 30 minutes, rotating the pan after 15min, and check to make sure the brownies are done with a toothpick inserted into the center of the pan: it should come out with a few moist crumbs. Remove from the oven and sprinkle with another ¼ cup of the caramel sauce, or a little sugar and Fleur de Sel. Let the brownies cool completely before cutting and serving.

Note #1: you should have plenty of the caramel sauce left. Please try it on pancakes, crepes, or dip a bar of dark chocolate in it, and tell me this is not heavens. Just try.

Note#2: you can keep this brownie wrapped in plastic bag for about 4 days.


*** THE FRENCH SIDE… ***

 

 

Au début du mois, coup de fil d’un de mes grands frères… Il a prévu de venir passer un weekend à la maison avec toute sa petite famille, le 2ème frérot va venir aussi, GREAT!! On se voit assez rarement, et je savais qu’ils allaient passer des heures sur la route, engloutir un McDo, et arriver en pleine nuit en mode zombie. Evidemment, je n’avais pas l’intention de les laisser aller au lit dans ces conditions, et comptais bien les accueillir avec un petit quelque chose de sucré. J’imagine qu’ils ne seront pas affamés à 3h du matin, mais au moins l’odeur de gâteau leur refilera le sourire, et ils pourront rêver au petit dej du lendemain !

J’ai passé le plus clair de l’hiver à faire des pâtisseries à base de divers agrumes ou de légumes, mais ce weekend-là, des envies de chocolat ont recommencé à me titiller… Soupir. On ne peut pas lutter contre des fringales de chocolat.

Et que trouver de mieux qu’un bon brownie bien moelleux pour les assouvir ? RIEN !

J’ai fait le tour de mes blogs chouchous, et comme d’habitude, je me suis mise à baver devant les recettes de My Baking Addiction. Je me suis décidée pour une recette de brownies au caramel salé, sa description à elle seule ayant suffit à faire gémir mon estomac !

Je n’avais encore jamais tenté de faire un caramel, je pense avoir été conditionnée par des récits des caramels crâmés plutôt qu’ambrés… Mais au final c’était très facile, et honnêtement, à se damner. Le reste de la recette étant très simple et classique, c’est vraiment cette petite couche de caramel salé qui fait toute la magie de la recette.

Hautement addictif. Sérieusement, vous êtes prévenus. Ne pensez même pas essayer de vous limiter à un petit carré, cela n’arrivera pas.

J’ai essayé de rester aussi fidèle que possible à la recette originale, mais je n’ai pas pu m’empêcher de faire 2 ou 3 petites modifications. Par exemple, 400g de sucre, ça passe très bien pour un gâteau américain, mais ça peut faire grincer des dents les becs français, plus modérément sucrés… Avec la couche caramel, l’ensemble était toujours largement assez sucré, donc n’hésitez pas à en enlever un peu vous aussi. Je sais bien qu’il est un peu illusoire de prétendre surveiller sa ligne quand on mange un brownie, mais il est tout à fait possible de se donner une fausse-bonne conscience !

 

BROWNIES SUCRÉS-SALÉS

 

Ingrédients (12 gros ou 24 petits brownies) :

Pour la couche caramel :

  • 200g de sucre (1 cup)
  • 2 cuillers à soupe de sirop de maïs (1 ½ cuillers à soupe de sirop d’agave pour ma part)
  • 60mL d’eau (¼ cup)
  • 120mL de crème entière liquide (la mienne était allégée à 15%mg)
  • 1 cuiller à café de Fleur de Sel
  • 60mL de crème fraîche épaisse (¼ cup de “sour cream” aux US… Cela représente 4 cuillers à soupe rases, soit 2-3 cuillers à soupe bombées)

Pour le brownie :

  • 150g de farine (1 ¼ cups)
  • 1 cuiller à café de sel
  • 2 cuillers à soupe de cacao en poudre non sucré (type Van Houten)
  • 300g de chocolat noir pâtissier (vous pouvez mettre du chocolat à 70% de cacao si vous aimez)
  • 225g de beurre non salé  (1 cup… J’en ai mis 190g seulement)
  • 300g de sucre (1 ½ cups… J’ai mis 200g de sucre blanc et 100g de cassonade)
  • 110g de vergeoise (½ cup, je ne l’ai pas mise.)
  • 5 oeufs à température ambiante
  • 2 cuillers à café d’extrait de vanille liquide

 

Préparation :

Pour la couche caramel :

  1. Mettez le sucre, le sirop de maïs et l’eau dans une casserole moyenne. Mélangez doucement en faisant attention à ne pas trop éclabousser les parois de la casserole. Cuire à feu vif sans y toucher jusqu’à ce que le mélange prenne une couleur ambrée foncée, environ 6 à 8 minutes.
  2. Otez du feu, et ATTENTION, placez-vous sur une surface facile à nettoyer, car cette étape va faire pas mal d’éclaboussures : incorporez très doucement la crème liquide. Faites attention à ne pas vous brûler, le caramel va faire des bulles pendant quelques secondes. Vous voyez les chaudrons des sorcières dans les Disney ? Comme ça, oui.
  3. Ajoutez ensuite la fleur de sel, la crème fraîche épaisse, mélangez bien et laissez refroidir. Transférez dans un bol, et nettoyez soigneusement la casserole, comme montré sur la photo :

Pour le brownie :

  1. Préchauffez le four à 175°C. Beurrez et farinez un moule rectangulaire de 23x30cm, ou un moule rond équivalent (type moule à manqué de ø28cm). Si vous voulez le démouler (je ne m’y suis pas risquée!) ou le découper sans rayer votre moule, recouvrez le fond d’une feuille de papier sulfurisé, et beurrez-la.
  2. Mélangez dans un saladier le farine, le sel, et le cacao.
  3. Faites fondre au bain-marie le chocolat et le beurre coupés en morceaux, et remuez de temps en temps jusqu’à ce que le tout soit complètement fondu et homogène. Coupez le feu, laissez tout de même le bain-marie en place, et ajoutez les sucres. Mélangez jusqu’à ce qu’ils soient bien incorporés, et retirez le récipient du bain-marie. La préparation devrait être à température ambiante à ce stade.
  4. Ajoutez 3 oeufs au mélange chocolat-beurre, et fouettez jusqu’à ce qu’ils soient incorporés. Ajoutez les 2 oeufs restants et répétez l’opération. Ajoutez la vanille et mélangez (seulement jusqu’à ce qu’elle soit incorporée, à ce stade il faut travailler la pâte le moins possible pour éviter que le brownie ne soit trop compact).
  5. Ajoutez le mélange farine-cacao à cette pâte. Combinez à l’aide d’une spatule en soulevant la pâte, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus que quelques traces de farine visibles.
  6. Pour assembler le brownie, versez la moitié de la pâte à brownie dans le moule, égalisez la surface avec la spatule. Versez en zigzag environ ¾ cup de la sauce caramel (1 petit verre, mais j’en ai mis plus, à peu près la moitié de la quantité obtenue). Prenez garde à ne pas faire rentrer le caramel en contact avec les parois du moule, sinon il risque de brûler. Après avoir réparti le caramel, versez le reste de la pâte à brownie au-dessus du caramel en plusieurs grosses cuillers, égalisez.
  7. Enfournez pour 30min, en tournant votre moule à mi-cuisson. Vérifiez que le brownie est cuit en insérant un cure-dent au centre du gâteau : il est prêt quand le cure-dent ressort avec quelques miettes humides.
  8. Sortez du four et saupoudrez d’une cuiller de fleur de sel, et d’une cuiller de sucre cristallisé. (Au lieu de cela, j’ai préféré utiliser encore un peu du caramel, comme il en restait une bonne quantité.) Laissez refroidir complètement avant de le découper et de le servir.

Note #1 : Vous pouvez le conserver dans du film plastique jusqu’à 4 jours.

Note #2 : La sauce caramel se garde elle aussi plusieurs jours (dans un pot à confiture fermé par exemple), et est merveilleuse étalée sur des crêpes, des pancakes… Ou bien sur une madeleine plongée dans le pot. Ou bien avec un carré de chocolat noir. C’est complètement addictif, je vous laisse en juger par vous-même !!

Advertisements

Muffins aux dattes

En me baladant le mois dernier dans les rayons d’une librairie, un livre de cuisine vraiment alléchant m’a attiré l’oeil, le Bio Book (Larousse, J-F. Mallet). Après l’avoir feuilleté dans tous les sens, je suis rentrée avec ce livre sous le bras, et j’ai évidemment voulu tester la seule recette de muffins qu’il contient, les muffins aux dattes. Eh oui, on est une Muffin Maniac ou on ne l’est pas, cela faisait plusieurs semaines que mes petits moules s’ennuyaient dans leur placard, le manque de muffins commençait à se faire sérieusement sentir, il était grand temps d’y remédier.

On sous-estime les effets d’une carence en muffins.

Il m’a quand même fallu un petit peu de temps pour me lancer, j’avais déjà décidé de faire un carrot cake entre-temps, et je grogne depuis des mois car il me manque l’ingrédient magique pour une autre recette. Mais ce coup-ci, j’ai trouvé des dattes bien moelleuses au marché, et DU BUTTERMILK!!! Mon graal insaisissable de la pâtisserie. Il y a certaines associations parfaites dans la vie : le chocolat et la noix de coco, les pommes et la cannelle, le caramel et le beurre salé, le citron vert dans le ti-punch. De la même façon, le buttermilk allume l’enseigne “muffin”. 🙂

Petit stress au démarrage de la recette, je l’avais seulement survolée, et je n’ai pas de farine de maïs. J’ai un peu hésité à faire ma base de muffins habituelle à la place, puis finalement j’ai décidé de tenter un bidouillage maison. J’ai donc remplacé les 150g de farine de maïs par 100g de farine de blé et 50g de semoule de blé très fine (celle pour desserts) + 2 cuillers à soupe de maïzena (pour alléger un peu au cas où). Dans mon souvenir, la farine de maïs apporte un petit côté qui craque sous la dent, la semoule est donc tout ce qui m’est venu à l’esprit.

Pour avoir vu sur le net d’autres recettes qui rajoutent des flocons d’avoine, je trouve l’idée plutôt sympa, et j’en ai incorporé 2 ou 3 cuillers à soupe à la pâte. Au final on ne les sent quasiment pas, je pense que si on y tient, il faut carrément en mettre ½ cup, et adjuster en mettant moins de farine et/ou un chouilla de lait en plus. Allez, trève de blablatages considérations techniques, voyons cette recette :

 

MUFFINS AUX DATTES

Ingrédients :

  • 125g de beurre (j’en ai mis 110g seulement, moitié beurre doux, moitié beurre salé)
  • 200g de dattes
  • 150g de farine de blé
  • 150g de farine de maïs (remplacée dans mon cas par 100g de farine de blé + 50g de semoule fine de blé + 2 cuillers à soupe de Maïzena)
  • 120g de sucre de canne
  • 1 sachet de levure chimique (11g)
  • 1 cuiller à café de cannelle
  • 20cL de lait (j’ai mis 25cL de buttermilk, ça apporte du moelleux, et pour une fois que j’en trouve en France…)
  • 2 oeufs
  • Rajout perso : 3 cuillers à soupe de flocons d’avoine

Préparation :

  1.  Préchauffez le four à 200°C. Beurrez et farinez vos moules si ils sont métalliques.
  2. Faites fondre le beurre, sans le laisser brunir (en général je le fais fondre au micro-ondes, dans ce cas il ne faut pas le laisser exploser, en remuant toutes les 30 secondes 🙂 ).
  3. Dénoyautez les dattes et hachez-les (si vos dattes sont déjà dénoyautées, 150g suffiront). Ne prévoyez aucune activité impliquant de toucher quoi que ce soit d’autre que ces dattes pendant tout le temps que durera cette opération. Ni vérifier la recette sur votre ordi, ni replacer une mèche de cheveux, sous peine de se retrouver avec de la glu végétale sur les touches de votre pc adoré, ou de devoir prévoir un shampooing après votre session pâtisserie.
  4. Dans un saladier, mélangez tous les ingrédients secs : farines, levure, cannelle et sucre.
  5. Dans un second saladier, battez les oeufs, ajoutez le lait (ou buttermilk) et le beurre fondu refroidi.
  6. Versez les liquides sur les poudres, et combinez les deux mélanges en travaillant la pâte LE MOINS POSSIBLE (très important, sinon vous allez vous retrouver avec des briques plutôt que des muffins).
  7. Incorporez ensuite les dattes (et les flocons d’avoine si vous voulez en mettre).
  8. Remplissez les moules à muffins aux 2/3, et enfournez pour 30min.

Sortez-les tous dorés et gonflés, et laissez-les refroidir avant de les démouler (Attention, c’est dur. Ils sentent TRÈS bon. Vous êtes prévenus !).

Note #1 : ces muffins sont aussi bons que beaux, j’étais très agréablement surprise que mon micmac pour remplacer la farine de maïs ait marché. La semoule très fine rajoute un peu de croustillant au dessus du muffin, c’est vraiment sympathique. Cependant, ils ont une texture plus “cake” que “muffin super léger”… ce qui n’est pas un souci en soi, mais autant le préciser !

Note #2 : suggestion de rajouts qui pourraient bien se marier avec ces saveurs (et que je vais m’empresser de tenter !) : ramplacer une partie du sucre par du miel ou du sirop d’érable, et rajouter une poignée de pécans hachées. Miam miam miam.

 

 

 

*** THE ENGLISH SIDE… ***

 

 

 

Mmmmh. Today is a low-energy day. Happens sometimes.

And what do we need on a low-energy day? Mmmh?

MUFFINS.

Simple, easy, crystal clear. The world needs muffins. I’m sure we underestimate the effects of muffin deprivation.

I have bought a very nice organic cooking book a month ago, but there’s only one single recipe of muffins in it. Can you believe it?! That’s a shame. OK, I’m going to try it right away, and it’d better be good.

Lucky me, I have bought earlier this week some nice plump dates, and for the first time in France, I have found my baking holy grail: buttermilk!!! This is not really common here, so we usually have to find tricks to substitute it (most efficient so far: plain yogurt + milk). Well, anyway, in my mind “buttermilk” implies two things: pancakes and muffins.

(I say “muffin” a lot. That’s normal, I’m a muffin maniac, remember? I’ll make you free muffins next time if you count how many times I say “muffin” in this post.)

Well, let’s cheer myself up. A bunch of muffins in my stomach should do the trick. Here is the recipe:

 

DATE MUFFINS

Ingredients:

  • 1 stick of butter, melted (I like to put half of salted butter)
  • 1 cup of dates, pitted and chopped
  • 1 ¼ cup of all-purpose flour
  • ¾ cup of cornmeal
  • 2/3 cup of granulated cane sugar
  • 2 teaspoons of baking powder
  • 1 teaspoon of cinnamon
  • 1 cup of buttermilk (the recipe said “milk”, but that’s sad. BUTTERmilk sounds much better.)
  • 2 eggs
  • Personal addition: 3 tablespoons of oats (all in all, we couldn’t really taste it… If you really want to find oats texture, you need to add at least ½ cup of it, but you might want to remove a bit of the flour and/or adjust the moisture with an extra splash of buttermilk)

Additions I can’t wait to make next time: ½ cup of chopped pecans, and maybe a few tablespoons of maple syrup.

 

Method:

  1. Preheat oven to 375-400F. Grease your muffin pans. (That’s only if you really like you favorite metallic muffin pans. Otherwise you need to try silicone ones, it’s SO MUCH easier!)
  2. Dice your dates (if not already done). Try not to touch anything else than the dates during this operation, or you’ll find yourself with glue on your hair / phone / computer, etc. Seriously.
  3. In a large mixing bowl, whisk together all the powders: flour, cornmeal, baking powder, sugar, cinnamon.
  4. In another mixing bowl, whisk together all the liquids: eggs, buttermilk, melted butter.
  5. Gently fold the liquids into the powders, and stir only until the ingredients are combined. Don’t mind the small lumps, DO NOT OVER MIX (unless you’re fine with getting bricks instead of muffins).
  6. Add the chopped dates (and optional oats), still beating as little as possible.
  7. Fill each muffin cup 2/3 full, and bake for 30min, until golden brown. (it seemed too much at first, but it came out perfect, as my erratic oven usually requires 5 extra minutes of cooking. So if you have a decent non-tricky oven, 25min might be enough, don’t hesitate to check with a toothpick inserted in the center of a muffin, it should come out clean).

Let cool the muffins for a few minutes before removing them from the pan, and let them cool completely on a rack.

Admire them. Smell them. Restrain yourself from burning your fingers.

Cooled enough? Come to mama!!!

Carrot Cake

Après d’interminables semaines de brouillard, nez bouché et pieds gelés… On dirait bien que le printemps se rapproche !! Il était sacrément temps, et voir les arbres bourgeonner me colle un sourire jusqu’aux oreilles. Ma cuisine embaume grâce aux roses et aux jacinthes qui se tournent vers le soleil (de la lumière, ENFIN !), les fenêtres sont grandes ouvertes, et je me demande quel genre de dessert pourrait complimenter cette première journée printanière.

La saison n’est pas encore assez avancée pour trouver des beaux fruits juteux (hormis des oranges, mais j’en ai marre des oranges, on a cuisiné avec tout l’hiver, ça suffit, non mais.) ou des baies, du coup je réfléchis plutôt en terme de couleurs. Du orange pétant pour aller avec mon vernis (mouhaha) ? Carrot cake !!!! Je me souviens que le carrot cake se retrouve souvent à la table du repas de Pâques aux USA, donc la période me semble bien choisie… et la perspective de passer 1h de plus au soleil à peler des carottes et casser des noix achève de me convaincre !

C’est parti pour choisir une recette parmi les centaines qu’on peut trouver sur le net, enlever comme souvent un paquet de sucre et de beurre, ajouter des petites touches à la Virginie pour embêter tout le monde, et let’s go!

La recette de base convient pour deux cakes ronds moyens, qu’on superpose avec du glaçage au milieu et tout autour (ou un cake à une seule couche, mais dans un grand plat à gratin). Comme en ce moment nous ne sommes que trois à la maison (deux ogres, mais aussi un chichiteur), j’ai décidé de diviser les quantités par deux et de faire simplement un petit cake (dans un moule d’environ 25x25cm). N’hésitez pas à doubler les quantités et suivre la recette originale si vous voulez quand même faire la version classique à deux étages ! C’est simple, et ça en jette vraiment pour un dîner. Et comme je suis plutôt sympa comme meuf, je vous mets même les quantités originales entre parenthèses, allez.

 

CARROT CAKE AVEC GLAÇAGE AU FROMAGE FRAIS

Ingrédients :

Pour 1 petit cake (moule rond ou carré de ~25x25cm) :

  • 150-160g de farine   (300g pour un cake à étage)
  • ¾ cuiller à café de levure chimique   (1 ¼ cuiller à café pour c.à.é.)
  • ½ cuiller à café de bicarbonate de soude   (1 cuiller à café pour c.à.é.)
  • ¾ cuiller à café de cannelle moulue   (1 ¼ cuiller à café pour c.à.é.)
  • ¼ cuiller à café de muscade moulue   (½ cuiller à café pour c.à.é.)
  • 1 pincée de girofle moulue   (1/8 cuiller à café pour c.à.é.). Si comme moi vous n’avez aucune fichtre idée de comment râper un clou de girofle sans perdre un doigt, récupérez simplement la poudre de girofle tombée au fond du pot, cela suffira amplement pour cette recette.
  • ¼ cuiller à café de sel   (½ cuiller à café pour c.à.é.)
  • 250g de carottes   (500g pour c.à.é.) ~ 3 ou 4 carottes
  • 150g de sucre   (300g pour c.à.é.)
  • 45g de sucre brun ou de vergeoise (facultatif)   (90g pour c.à.é.)
  • 2 oeufs   (4 oeufs pour c.à.é.)
  • 125mL d’huile neutre   (350mL pour c.à.é.)
  • 1 trait de jus d’orange (pas présent dans la recette originale, mais comme la quantité d’huile me semblait énorme, j’en ai enlevé une partie, et rajouté le jus d’orange pour apporter à la pâte trop compacte ce petit plus de liquide)
  • 1 poignée de noix hachées (facultatif)

Pour le glaçage :

(Ce sont les quantités originales pour un cake simple, mais ça faisait beaucoup trop pour moi, je les ai divisées par deux. Et pour un cake à étages, il faut doubler ces quantités, vous suivez ?)

  • 225g de fromage frais type St Moret ou Philadelphia
  • 80g de sucre glace
  • ½ cuiller à café de vanille liquide
  • Facultatif : 30g de beurre mou (il y en a dans toutes les recettes, mais ça rend trèèès bien sans, croyez-moi)
  • Facultatif : quelques cuillers à soupe de noix de coco rapée, si vous aimez.

 

Préparation :

  1. Préchauffez votre four à 175 – 180 °C, et ajustez la grille en position centrale. Beurrez et farinez votre moule (ou vos moules).
  2. Dans un grand saladier, mélangez la farine, la levure, le bicarbonate de soude, la cannelle, la muscade, la girofle et le sel.
  3. Râpez les carottes à l’aide d’un mixer, ou si vous avez la foi du ninja, avec une râpe manuelle.
  4. Dans le bol d’un robot muni d’une pale (ou comme moi, dans un grand saladier avec un fouet), battez les sucres et les oeufs à vitesse moyenne, ~ 45sec. Réduisez la vitesse et ajoutez l’huile petit à petit, en filet continu, jusqu’à ce qu’elle soit bien incorporée. Augmentez ensuite la vitesse pendant une petite minute, jusqu’à ce que le mélange pâlisse et soit bien émulsifié.
  5. Arrêtez le robot et incoporez manuellement les ingrédients secs, les carottes et les noix. Ajoutez un trait de jus d’orange si le mélange vous semble un peu sec et nécessiter un chouilla de liquide supplémentaire (ou ajoutez un petit filet d’huile en plus pour rejoindre la recette originale).
  6. Versez la pâte dans le(s) moule(s) beurré(s), et enfourner jusqu’à ce qu’une lame de couteau insérée au centre ressorte propre, environ 35min pour un petit moule, et 40min pour un grand moule.

Laissez refroidir le carrot cake pendant une dizaine de minutes dans le moule, et transférez sur une grille pour qu’il refroidisse complètement. Si vous ne comptez pas faire un cake à étages, vous pouvez aussi le laisser refroidir dans le plat et étaler le glaçage directement.

Une fois le cake refroidi, préparez le glaçage :

  1. Battez (à la main ou au batteur, on a le ninja spirit ou on ne l’a pas !) le fromage frais avec le sucre, la vanille et éventuellement le beurre mou, jusqu’à ce que le mélange soit parfaitement homogène et devienne léger. Ça devrait prendre une ou deux minutes au batteur, et ça m’a pris un peu moins de 5 minutes à la main. La faute au beurre qui sortait du frigo…
  2. Ajoutez quelques cuillers de noix de coco si vous aimez, et remettez le mélange au frigo quelques minutes, pour qu’il épaississe un peu et s’étale plus facilement.
  3. Etalez ensuite sur votre cake, uniquement sur le dessus, ou bien sur le pourtour, ou bien encore entre les deux cakes si vous faites la configuration à étages. 

Félicitez-vous devant le résultat, et mettez fin à la torture… Sautez dessus !!

Note : quand le cake est refroidi, vous pouvez l’emballer dans du film plastique et le congeler (pour 2 mois maximum). Vous pouvez en profiter pour faire le double des quantités dès le début, congeler un des cakes, il vous suffira de le décongeler à température ambiante et de le glacer le jour J.

 

*** THE ENGLISH SIDE… ***

 

 

After endless weeks of cold and damp, foggy landscapes and frozen toes… Today looks like a spring day!! The garden slowly starts blooming, the roses and hyacinths in my kitchen smell just amazing, and a tomato basil risotto was bubbling on my stove an hour earlier. I love it when I can cook with open windows and doors, smelling fragrant flowers, and with the light turned OFF!!

This weather was so nice I decided I needed to bake a perfect spring cake to celebrate it. Yes, the last afternoon I spent baking was almost 2 weeks ago, and I am missing the excitation of trying a new recipe and waiting in front of the oven like a kid to see how it turns out 😀

Not to mention the gulping and fingers-licking.

Which cake would best represent spring? I had a few ideas, but in the first sunny days you don’t have fresh berries or spring fruits to brighten your dishes yet.  So I chose to focus on nice colors instead. Bright orange to match my nails? Carrot cake!!! I remember from my time in the US that carrot cake is a recipe often found at Easter’s table, so it sounds perfect for today. And the perspective of sitting in the sun to peel carrots and break walnuts shells sold me on this one. Let’s choose a recipe on the web, remove a good amount of sugar and oil, add a little Virginie twist, and cross fingers!

The original recipe gives the ingredients for a classical layered carrot cake, i.e. for 2 round 9in pans. As we are only three persons at home (2 ogres, but 1 picky eater) these days, I decided to halve all the ingredients and make only a small cake. Do not hesitate to double the following quantities if you want to make an impressive layer cake, or a large simple cake in a 9x13in pan. As I am a nice girl, I am even writing both original and reduced quantities for you.

 

CARROT CAKE WITH CREAM CHEESE FROSTING

Ingredients:

For 1 cake, 9in square pan:

  • 1 ¼ cups all-purpose flour   (2 ½ cups for layer cake)
  • ¾ teaspoon baking powder   (1 ¼ teaspoon f.l.c.)
  • ½ teaspoon baking soda   (1 teaspoon f.l.c.)
  • ¾ teaspoon ground cinnamon   (1 ¼ teaspoon f.l.c.)
  • ¼ teaspoon ground nutmeg   (½ teaspoon f.l.c.)
  • a pinch of ground cloves   (1/8 teaspoon f.l.c.). If like me you have no idea on how we are supposed to grind cloves without losing a finger, just look for the cloves dust in the bottom of their container, you just need a pinch of it.
  • ¼ teaspoon of salt   (½ teaspoon f.l.c.)
  • ½ lbs. of carrots   (1lbs f.l.c.)  -> represents about 250g ~ 1 ½ cup shredded ~ 3 or 4 carrots
  • ½ cup granulated white sugar   (1 ½ cups f.l.c.)
  • ¼ cup brown sugar   (½ cup f.l.c.)
  • 2 large eggs   (4 eggs f.l.c.)
  • 2/3 cup canola oil   (1 ½ cup f.l.c.)
  • 1 splash orange juice (not in the original recipe, but as I put a little less oil, it needed a bit of extra liquid)
  • ½ cup of chopped walnuts (optional)

For the frosting:

(These are the basic quantities for 1 cake… As I like just a little of frosting on my cake, I halved it… but you need to double it for a layer cake. Following?):

  • 8 oz cream cheese, softened
  • ½ cup confectioner’s sugar
  • ½ teaspoon of vanilla extract
  • Optional: 4 tablespoons of softened butter
  • Optional: few tablespoons of coconut flakes for a little extra texture and flavor, if you like it.

 

Directions:

  1. Preheat your oven to 350 degrees F, and adjust oven rack to middle position. Grease and flour your pan(s).
  2. In a large bowl, whisk together flour, baking powder, baking soda, cinnamon, nutmeg, cloves and salt.
  3. Shred the carrots in a food processor, or if you have been blessed with the ninja spirit, shred by hand on a grater.
  4. In the bowl of a standing mixer fitted with a paddle attachment (or like me, in a large bowl with a hand whisk), beat sugars and eggs on medium speed until thoroughly combined (~45sec). Reduce speed and slowly add oil in, until incorporated. Then increase the speed and mix until the mixture takes a lighter color and is well emulsified (~1min).
  5. Turn off the mixer, and stir in dry ingredients, carrots and nuts by hand until incorporated. I didn’t follow the recipe for the oil quantities (2/3 cup instead of 3/4 cup), so I’ve added a splash of orange juice, as it needed some extra moisture. You can add extra oil to match the original recipe if you prefer.
  6. Pour into prepared pan(s) and bake until a toothpick inserted into the center of the cake comes out clean, about 35min for the 9in pan (round or square) and 40min for a larger pan (9x13in).

Let the cake cool for 10min in the pan, and then invert it onto a cooling rack to cool completely. If you don’t intend on making a layer cake, you can also frost it directly in the pan, without transferring onto a cooling rack.

When the cake is cool, prepare the frosting:

  1. Beat together cream cheese, optional butter, confectioner’s sugar and vanilla extract until well combined and fluffy. It should take about 1 or 2 min with a standing mixer fitted with whisk attachment, and it took me about 5 min by hand. Add a few spoons of coconut if you like it.
  2. Put it back a little while in the fridge, so it thickens a little bit and becomes spreadable.
  3. Frost your cake as desired (just the outside, or making layers), pat yourself on the shoulder for such a beautiful achievement, and relieve the torture: EAT IT!!

Note #1: when the cake is cooled, you can wrap it in plastic film, put it into a Ziploc, and freeze it up to two months. You just need to thaw your cake at room temperature before frosting it.

Note #2: don’t hate me if the quantities look weird and complicated. I have tried to make it simple for you, gottferdomt!! If my concern is not appreciated, simply follow the original recipe, and freeze the extra cake you’ll get. Or make a crazy beautiful layer cake, and make everyone jealous with artsy pictures, me included. Got it?

Birthday Cake!

****** Don’t get scared by the length of this post, the recipe is quite simple, I’m just in the mood for rambling today. You might feel like you’re reading a book, but you’ll be fine. *****

A few weeks ago, I stayed a little while at my brother’s place, looking after my nephews, cooking for them, massaging sis-in-law and playing board games with big bro on evenings. During my stay, it happened to be his birthday, and I offered him to make a little care to celebrate. My brother also being a huge chocolate fanatic, I was already thinking of a fudgy chocolate layer cake… but finally he asked for our grandma’s birthday cake.

Damn.

Our grandma’s cake is pretty simple, but utterly fabulous, and she made one for the birthday of every single member of the family. Basically, this is a super light sponge cake, baked in a pan that gives it a pie-shell shape, ready to be garnished with fresh raspberries or strawberries, and sprinkled with thick homemade berries syrup. We usually topped it with a ton of whipped cream. Sigh.

Unfortunately, this is something I can’t replicate without the proper pan (must be a pan exclusively sold in the 50’s, can’t find it in any store!! It looks like this, if someday you want to try her version: http://storage.canalblog.com/88/59/401177/42694978.jpg). But it looks like big bro just threw down a challenge to me. No problem, I’ll just adapt the recipe my own way, with the pans and ingredients I can find in his kitchen.

So basically, here are two recipes you can reuse independently, and that we will assemble to get a birthday cake: the sponge cake, moist and light, and the vanilla custard (you can fill profiteroles with it, or other puff pastries like the Napoleon).

 

BIRTHDAY CAKE

I/ For the sponge cake (génoise)

Ingredients:

  • 4 eggs
  • 125g of granulated white sugar
  • 125g of all-purpose flour
  • 1 teaspoon of baking powder

Directions:

This is the quick and easy version of the traditional sponge cake. You can get a light, moist and yummy sponge cake in 2 minutes if you respect this only rule: SPEED. Weigh all the ingredients in advance, preheat your oven to 360F, and grease your pan. Consequently, it is MANDATORY to have a stand mixer, or at least a hand mixer, so you can add all the ingredients one by one WITHOUT stopping it. If you don’t have any stand or hand mixer, look for a more traditional version of the sponge cake recipe.

  1. Sift together the flour and the baking powder.
  2. Crack the eggs, set the yolks aside, and put the whites in a large bowl. Using the mixer, beat the egg whites until firm, with a pinch of salt.
  3. When very firm, DO NOT STOP the mixer, and add the sugar. Keep beating.
  4. Speed down the mixer, keep beating. Did I mention you need to keep beating? Please do so. But not for long, now you need to add the 4 yolks at once, then the flour.
  5. Once the flour incorporated, stop the mixer, quickly pour the batter into the prepared pan, pop it into the oven and bake for 20min.

When the sponge cake is cooked, let it cool aside. Meanwhile, prepare the vanilla custard.

 

II/ For the vanilla custard (crème pâtissière)

Ingredients:

  • ½ L of milk (about 2 cups and an extra splash)
  • 1 splash of vanilla extract (about 1 tablespoon)
  • 4 egg yolks (keep the whites in the fridge for another recipe, cf. note at the end)
  • 50g of all-purpose flour (between 1/3 and ½ cup… I strongly recommend using a scale, I’m not sure of the result if you eyeball it)
  • 80g of granulated white sugar (just a little over 1/3 cup. I think it works if you go for agave syrup instead, or other sweeteners)

Directions:

  1. In a large bowl, whisk together the egg yolks with sugar and flour.
  2. Meanwhile, bring the milk to a boil with the vanilla. Let infuse a little if you use a vanilla pod (cut lengthwise, seeds scraped out).
  3. Add about ½ cup of the milk to the eggs mixture, whisking continuously. This is an important step, because it allows you to gradually elevate the temperature of the mixture and avoid getting an omelet (the eggs won’t scramble). Keep on whisking and slowly add the rest of the milk.
  4. Put the cream back on the stove and cook on low heat for another couple of minutes, stirring continuously, until it thickens. Honestly, it might take 3 to 10 minutes, depending on the day or whatever other factor, so be patient 🙂

You want it pretty thick, still a little fluid but definitely not like a sauce. After cooling, it should be a little thicker and have a pudding texture so you can spread it, otherwise it will flow out of the cake.

Set aside and let it cool.

While waiting for the sponge cake and the vanilla custard to cool, run away from the kitchen and prepare yourself a nice hot bubbling bath. Or go watch the latest House episode, or whatever has the power to make you stay away from the bewitched smell of this vanilla custard and prevent you from gulping it down straight from the bowl. (Already done it, that’s why I’m warning you, I’m not being annoying for fun.)

Once everything has cooled down and Greg House’s patient has been saved from his sub-tropical disease, we can go back to the kitchen and try to assemble a decent cake. There’s a birthday to celebrate, gottferdomt!

 

III/ Assembling

  1. First of all, melt on the stove a few spoons of sugar in water. Not enough to make a caramel, the goal is to make a simple syrup to moisten the cake. You can let it reduce a little bit, and flavor it if you want to. This time I have added a spoon of honey, but I can’t wait to try with a splash of rum or Grand Marnier 😀
  2. Then, choose your fruits. To meet big bro’s requirements, I stuck with the raspberries (defrosted and drained in advance, so you don’t end up with excess juice that’ll make your cake crumble), but I have already tried with canned peaches, apricots or pineapple, drained and sliced, it’s a bliss every time. The positive point in using canned fruits is that you can reuse the syrup they’re soaking in to moisten the cake, and skip the first step! Smart-ass.
  3. Remove the sponge cake from the pan and flip it onto the serving plate (yes, you are smarter than me and you WILL flip the cake, so you end up with the smooth golden side on the top, instead of showing the pan’s pattern and/or scratches). With a long knife (like a breadknife), cautiously cut the sponge cake in half lengthwise. It should be flexible enough so you can remove the top part with your hands and put it aside, but if you don’t feel intrepid, slide it on a chopping board.
  4. Moisten the inner faces of both halves of the cake with syrup (homemade and cooled, or from the can containing your fruits). You don’t want your cake to be flooded and get all crumbly, so don’t be too generous with the syrup. I would say ½ cup is enough for the whole cake (¾ if your cake is very large). This is typically the kind of stuff that I eyeball, so don’t get angry at me if this is not accurate. I entirely trust your cooking abilities and aptitude to decide how much syrup you need to drizzle on your cake, big girl/boy!
  5. Cover the lower half of the sponge cake (the one on the serving plate if you’ve been smart!) with a good layer of custard, about ½ in. Having leftovers of custard is not an issue, it’s a blessing: mix it with a spoon of melted chocolate and your next snack will taste like heaven, trust me. Arrange the fruits on top of the custard, and put back the top half of sponge cake.
  6. Here comes the tricky part: decorate the cake. You could perfectly serve it this way, but this is a birthday cake, gottferdomt. The easiest way is to powder the whole surface with sifted confectioner’s sugar. You can even make it artsy, with a little imagination and stencils. The other classical way is to cover the whole surface of your cake with icing or frosting. Having no confectioner’s sugar, I had to come up with a plan B, so I tried writing on the cake with melted chocolate. BAD idea. Unless you want to make it look like a 5 year-old kid made it. Or unless you have proper equipment, like a syringe or a pastry pen. I’ve tried with a Ziploc filled with melted chocolate (super liquid, of course) and a cut corner (so you can’t control the flow). Mmmmh… Let’s say I was not happy with the result. But I’m sure you’ll make it prettier! And as you gently offered to make a cake to someone who didn’t even ask for it, no one will dare saying anything if the cake looks a little… rustic. Haha.

Note #1: Don’t trash the egg whites left from the custard recipe. You can use it to make macaroons, coconut macaroons, cat’s tongues, almond tiles, or pistachio fondants (already posted in this blog). Or super lean omelets if you’re in a diet/work out mood.

Note #2: to add a little fun to this recipe, you can flavor the sponge cake (works also if you don’t have any fruits and fill the cake with a simple ganache). You can try almond extract, any citrus zest, or different spices, like a pinch of long pepper as does my friend Alain. Be careful though, you don’t want to end up with TNT in your mouth, just spice it up a little bit. Stay subtle!

If you’ve managed to read all of this without falling asleep, congrats, you deserve a medal. Truly. Now, action! 😀

 

 

 

*** THE FRENCH SIDE… ***

 

 

 

****** Ne vous fiez pas à la longueur du post, la recette est très simple, il se trouve qu’aujourd’hui j’ai juste particulièrement envie de blablater ! *****

Il y a un peu moins d’un mois, j’ai passé quelques jours chez mon frère, à l’occasion de son anniversaire. Je lui ai proposé de lui faire un gros fondant au chocolat pour célébrer l’évènement, en gentille petite soeur. En tant que mon digne grand frère et forcément afficionado du chocolat, je m’attendais à des étoiles dans ses yeux et une approbation immédiate… eh bien non, à la place ce gros malin me demande : “tu ne voudrais pas plutôt me faire le gâteau de mamie s’il te plait ?”

Petit blanc.

Puis hésitation.

Puis enthousiasme.

Tu vas voir comment je réponds aux challenges, non mais !

Alors ce fameux gâteau de ma mamie, tous les membres de la famille y ont eu droit à chaque anniversaire, et il est divin. C’est un biscuit de savoie (un peu comme une génoise), cuit dans un moule particulier qui lui donne une forme de fond de tarte, prêt à être garni de framboises ou fraises fraîches, et qu’elle arrosait d’un épais sirop maison de groseilles ou framboises… Un régal. Surtout recouvert de Chantilly. OMG.

Évidemment, je ne pouvais pas faire le même sans le fameux moule, par contre, j’ai eu une idée pour le revisiter… Ils avaient de quoi faire une belle génoise, une crème patissière pour la garnir, et un sachet de framboises surgelées. C’est parti pour la mission “gâteau d’anniversaire minute” !

A propos, voici le moule utilisé par ma grand-mère, au cas où vous voudriez essayer sa version. Cela s’appelle un “moule à tarte renversée”, et c’est imbattable niveau présentation : http://storage.canalblog.com/88/59/401177/42694978.jpg

Voici donc deux recettes basiques en une, celle de la génoise, et celle de la crème pâtissière. Vous pourrez sans souci les réutiliser à d’autres occasions, surtout celle de la crème pâtissière pour fourrer des choux, des éclairs ou un mille-feuilles.

 

GATEAU D’ANNIVERSAIRE : GÉNOISE GARNIE

I/ Pour la génoise :

Ingrédients :

  • 4 oeufs
  • 125g de sucre
  • 125g de farine (certaines variantes proposent d’en remplacer la moitié par la même quantité de Maizena, je n’ai jamais tenté !)
  • ½ sachet de levure chimique

Préparation :

Il est ESSENTIEL pour cette version rapide de la recette traditionnelle d’avoir à votre disposition un batteur électrique, ou robot équivalent qui permette d’ajouter les ingrédients sans l’arrêter. Le secret est la rapidité : pesez tous les ingrédients à l’avance, beurrez votre moule au préalable, et préchauffez le four à 180°C.

  1. Mélangez la levure à la farine.
  2. Séparez les blancs des jaunes, montez les blancs en neige avec une pincée de sel dans un grand saladier.
  3. Quand ils sont très fermes, sans cesser de battre, ajoutez le sucre et battez encore.
  4. Baissez la vitesse et ajoutez d’un coup les 4 jaunes d’oeufs, puis tout de suite la farine en pluie.
  5. Arrêtez rapidement le robot, versez dans le moule préparé et enfournez pour 20min.

Lorsque la génoise est cuite, laissez-la refroidir, et préparez la crème pâtissière pendant ce temps.

 

II/ Pour la crème pâtissière :

Ingrédients :

  • ½ L de lait
  • 4 jaunes d’oeufs (conservez les blancs au frigo, cf note 1 à la fin)
  • 80g de sucre
  • 50g de farine
  • 1 sachet de sucre vanillé ou de l’extrait de vanille

Préparation :

  1. Mélangez dans un saladier les jaunes d’oeufs avec le sucre et la farine.
  2. Faites bouillir dans une casserole le lait avec la vanille.
  3. Versez au fur et à mesure le lait bouillant sur le mélange aux oeufs, sans cesser de fouetter. Il faut y aller doucement, en démarrant par une ou deux louches de lait tout en fouettant, pour que les oeufs puissent progressivement monter en température sans coaguler, et éviter que vous vous retrouviez avec une crème pleine de grumeaux (conseil également valable pour une crème anglaise. Une omelette c’est pas ce qu’on veut ici.).
  4. Remettez la crème dans la casserole, et continuez à cuire à feu doux en fouettant jusqu’à épaississement (honnêtement, selon les jours, ça peut aller de 3 à 10min, donc soyez patients!).

Laissez de côté, et en attendant que la crème et la génoise aient complètement refroidi, fuyez la cuisine et faites-vous couler un bain, ou regardez le dernier épisode de House. N’importe quoi qui vous empêche d’engloutir cette crème pâtissière au parfum insolent à même la casserole. (déjà fait, d’où ma mise en garde).

Une fois tout ce beau monde refroidi et le patient de Greg House sauvé de son infection sub-tropicale, on peut passer au dressage du fameux gâteau d’anniversaire, qui pour le moment n’est encore qu’une bête génoise.

 

III/ Pour le dressage :

  1. Tout d’abord, mettez sur le feu une petite casserole avec un peu d’eau et de sucre pour faire un sirop simple qui permettra d’humidifier la génoise. Aromatisez-le si le coeur vous en dit, ce jour-ci j’y avais rajouté une cuiller de miel (mais j’ai hâte d’essayer avec une lampée de rhum ou de kirsh, pour voir !) et laissez un peu réduire.
  2. Ensuite, choisissez vos fruits. Pour répondre aux desiderata du frérot j’ai choisi des framboises (décongelées à l’avance et égouttées pour éviter un raz-de-marée et un gâteau fichu, rappelez-vous qu’une génoise est une grosse éponge), mais j’ai déjà essayé avec des abricots au sirop coupés en fines lamelles, c’est un délice. Des morceaux d’ananas au sirop font là aussi merveille. Et l’avantage des fruits au sirop, c’est que vous n’avez pas à préparer de sirop à part, il vous suffit d’utiliser celui des fruits. C’est-y-pas futé ?!
  3. Démoulez la génoise sur un grand plateau, et retournez-la délicatement sur le plat de service (pas comme moi qui me retrouve avec les marques moches du moule sur le dessus… C’est malin ça !!). A l’aide d’un grand couteau (genre couteau à pain), découpez délicatement la génoise en deux dans l’épaisseur. Elle doit être suffisament souple pour que vous puissiez doucement soulever la partie supérieure à la main et la poser de côté, mais si vous ne le sentez pas, faites-la simplement glisser sur une planche à découper.
  4. Humidifiez les deux moitiés de génoise avec du sirop (fait maison et tiédi, ou venant de la boîte des fruits). Il ne faut pas en mettre de trop, sinon la génoise sera détrempée et va tomber en miettes, je dirais moins d’un petit verre pour la totalité du gâteau (c’est typiquement le genre de choses que je fais à l’oeil et que j’ai du mal à retranscrire).
  5. Garnissez la partie inférieure qui est sur le plat de service d’une bonne couche de crème pâtissière (un bon centimètre d’épaisseur je dirais… Et ce n’est pas grave s’il en reste. Je vous jure. Mélangez le reste à une cuiller de chocolat fondu, et votre goûter du lendemain ressemblera à un petit miracle). Disposez ensuite les fruits à votre guise en une couche régulière, plus ou moins soigneusement selon votre amour pour le destinataire du gâteau, mouhahahaha
  6. Reposez la partie supérieure de la génoise sur celle garnie aux fruits, et décorez comme cela vous chante. Le plus simple est de saupoudrer de sucre glace, sinon vous pouvez étaler un glaçage (à la française, à base de sucre glace dissout et aromatisé) ou un frosting (à l’américaine, à base de beurre mou battu avec du sucre glace). N’ayant pas de sucre glace sous la main, j’ai donc du me résigner à trouver un système D, et j’ai tenté les petites inscriptions mignonnes au chocolat fondu. TRES mauvaise idée, à mois d’avoir une seringue ou un stylo pâtissier, ou de savoir en fabriquer un avec du papier. J’ai tenté avec un sac congelation découpé à un angle, c’est difficile de contrôler le débit, donc vous risquez de vous retrouver avec pas mal de pâtés, le chocolat fondu étant un peu trop liquide. Mais l’avantage d’être en famille et de faire gentiement un gâteau aux gens qui ne vous ont rien demandé, c’est qu’on n’osera rien vous dire, et que les gens se fichent généralement si l’aspect du produit fini est un peu…primitif. Héhé.

Note #1 : Ne jetez pas les blancs des oeufs qui ont servi à faire la crème pâtissière, vous pouvez les réutiliser pour faire des macarons, des langues de chat, des rochers coco, ou bien les fondants à la pistache dont j’ai donné la recette. Ou encore des omelettes super-lean si vous êtes en mode biscottos/diet.

Note #2 : pour un peu d’originalité et donner du caractère à votre génoise, vous pouvez la parfumer avec un peu d’extrait d’amande amère, des zestes d’agrumes, du poivre moulu comme l’ami Alain, etc.

Si vous avez réuussi à tout lire sans vous endormir, vous méritez une médaille. Vraiment. Maintenant hop, action ! 😀

Irish Car Bomb Cake

Au cours d’un déjeuner de boulot organisé dans ma division il y a 2 ans, une collègue avait ramené un gâteau qui ne payait pas de mines au premier abord, mais qui méritait  tout de même qu’on en goûte un bout, comme tout gâteau au chocolat. Oui, c’est une propriété inhérente à tout gâteau au chocolat : tout le monde en goûte, quel que soit son aspect, et il en reste rarement les jours suivants. C’est comme ça. Selon son explication, il s’agissait d’un “Irish car bomb cake”, qu’elle n’avait pas fait elle-même, mais acheté le matin même à une sorte de tombola pour une oeuvre de charité. Du coup, évidemment, elle n’avait aucune fichtre idée de ce qu’il pouvait bien y avoir dans ce cake… ce qui m’a considérablement frustrée, car après avoir tenté une part, j’ai eu envie de finir tout le gâteau !!!!! C’était vraiment délicieux, riche, sucré, gras, alcoolisé.  Je suis sure que ce gâteau devait être quelque part sur la liste des péchés très graves ou des trucs qui vous réservent instantanément une place au purgatoire.

J’ai donc perdu pas mal d’heures sur le net pour essayer de trouver une recette qui colle au mieux à mon souvenir de ce cake. En gros, le principe d’un Irish car bomb cake semble être :
1/ un biscuit chocolat – Guinness qu’on coupe en 2 dans l’épaisseur
2/ au milieu une ganache chocolat – whisky (partie qui me chiffonne toujours, car dans celui acheté par ma collègue, on aurait plutôt dit une couche de sauce caramel)
3/ tout autour, un glaçage beurre – sucre glace – Baileys (version US du glaçage, équivalent d’une crème au beurre en France) à bien étaler à la spatule. J’ai fini par bidouiller ma propre recette à partir de deux recettes trouvées sur internet. Dans la première, la composition semblait se rapprocher le plus de ce que je recherchais, mais il s’agissait d’une recette d’Irish car bomb CUPcakes… J’ai donc adapté les temps de cuisson pour un cake à partir de la seconde recette :

http://cake.betterrecipes.com/irish-car-bomb-cake.html

http://biscuitpusher.blogspot.com/2009/02/irish-car-bomb-cake.html

Il m’a fallu 2 ou 3 bonnes heures pour bien fignoler le tout, mais cela comprend les temps de cuisson et de refroidissement, donc pas de panique, vous pouvez tout à fait faire autre chose à coté pendant ce laps de temps, comme suivre le dernier épisode de votre série fétiche, finir ce bouquin qui traîne depuis 1 mois, etc. Cela dit, vous pouvez rajouter à mon avis 20 bonnes minutes pour travailler correctement le beurre du glaçage si vous n’avez pas de robot de cuisine (genre Kenwood ou Kitchen Aid) muni d’une pale, car il va falloir y aller à l’huile de coude !! Mais pas de panique prématurée, c’est tout à fait faisable, et vous serez d’autant plus fier du résultat.

Et comme toujours, les recettes anglo-saxonnes mesurent leurs ingrédients en système volumique, cups et cuillers… On trouve des équivalents facilement sur le net (en général je vous les calcule directement, je précise simplement au cas où j’oublie un jour), mais ce n’est pas à des malins comme vous que je vais apprendre que 1 cup de sucre et 1 cup de beurre ne vont pas faire le même grammage au final… 😉 Attention donc à ne pas vous faire avoir. Vous pouvez aussi trouver des cups dans n’importe quel magasin de gadgets culinaires. Ca peut vous simplifier grandement la vie pour certaines recettes, car comme vous pouvez le constater, les conversions ne sont pas toujours précises. Eh oui, la masse de farine dans une cup dépend de la façon dont on la tasse, cela peut aller de 100 à 130g!

 

Ingrédients

Cake chocolat – Guinness :

  • 240mL de Guinness (1 cup)
  • 225g de beurre (1 cup = 2 sticks)
  • 85 à 100g de cacao en poudre non sucré (type Van Houten, ¾ cup)
  • 220 à 250g de farine (2cups)
  • 400g de sucre (2 cups, il me semble avoir été prise de remords et en avoir mis un peu moins)
  • 1 ½ cuiller à café de bicarbonate de soude (très utilisé dans la pâtisserie US pour faire lever les gâteaux, remplacez par de la levure chimique si vous n’en avez pas)
  • ¾ cuiller à café de sel
  • 175g ~ 175mL de crème fraîche épaisse (2/3 cup de crème aigre, sour cream aux US)
  • 2 gros oeufs

Ganache au whisky :

  • 225g de chocolat noir pâtissier
  • 175mL de crème entière liquide
  • 25 à 30g de beurre MOU (~2 cuillers à soupe, non fondu)
  • 1 ou 2 cuillers à café de whisky (si vous n’en avez pas, remplacez par du Baileys, mais honte à vous.)

Glaçage au Baileys :

  • 115g de beurre à température ambiante (1 stick)
  • 3 ou 4 cuillers à soupe de Baileys
  • 300 à 400g de sucre glace (3 ou 4 cups, personnellement je me suis toujours demandé si l’auteur de la recette avait fait une faute de frappe quand il a noté une quantité pareille… Ayez un paquet de sucre glace sous la main, dosez généreusement, mais goûtez votre glaçage en le faisant. Il est très probable que je n’en aie mis que la moitié !)

Préparation

Pour le gâteau :

  1. Préchauffez le four à 175°C.
  2. Dans une grande casserole, faites fondre le beurre dans la Guinness à feu moyen. Hors du feu, ajoutez le cacao, fouettez pour bien l’incorporer, et laissez refroidir.
  3. Dans un grand récipient, mélangez la farine, le sucre, le sel et le bicarbonate de soude.
  4. Dans un autre récipient, battez les oeufs avec la crème fraîche épaisse.
  5. Une fois refroidi, combinez le mélange chocolaté avec celui aux oeufs. Ajoutez la farine, mélangez brièvement, et finissez d’incorporer avec une spatule.
  6. Si vous choisissez la configuration cupcakes (20 à 24 cupcakes) : remplissez les moules type muffins beurrés et farinés, et enfournez à 175°C pour 15min. Si vous choisissez la configuration gâteau (1 moule carré de 20x20cm, ou 1 moule rond équivalent) : remplissez le moule beurré et fariné et enfournez à 175°C pour 15min, puis baissez la température à 150°C et laissez 10 à 15min supplémentaires.
Une fois le gâteau cuit, laissez-le refroidir, et préparez la ganache.
  1. La façon traditionnelle d’obtenir une belle ganache est de râper le chocolat (ou au moins le réduire en petites pépites) et de le faire fondre en versant la crème très chaude dessus. Si vous n’avez pas la patience pour couper le chocolat en très petits morceaux ou pas d’outils pour le râper, faites-le simplement fondre dans une casserole à feu doux avec la crème.
  2. Une fois le chocolat bien fondu, vous devriez obtenir une belle pâte lisse. Ajoutez le beurre mou qui va fondre et apporter du brillant à la ganache, et parfumez-la avec le whisky.
  3. Quand le gâteau a refroidi, coupez-le en deux dans le sens de la longueur, et garnissez-le avec la ganache. Si vous avez fait des cupcakes, retirez le centre avec un évidoir à pommes, et remplissez de ganache à l’aide d’une poche à douille ou d’une grosse seringue (technique du ninja si vous n’avez rien de tout ça : un sachet congélation coupé à un angle peut vous sauver sur ce coup-là).

Enfin, une fois le gâteau garni et refermé (ou les cupcakes remplis), attaquez-vous au glaçage. Les anglo-saxons désignent un glaçage très fin par “icing” et ce genre de couverture très riche par “frosting”… Il n’y a à ma connaissance qu’un seul terme en Français, mais vous avez saisi l’idée : on va faire une crème au beurre bien riche pour recouvrir ce gâteau particulièrement diététique 😀

  1. Utilisez un robot muni d’une pale ou d’un fouet solide, et fouettez le beurre mou seul pendant plusieurs minutes, puis en ajoutant le sucre petit à petit. Vous verrez nettement le beurre changer de consistance et pâlir. Si vous n’avez pas de robot, armez-vous de patience, retroussez vos manches et travaillez le beurre à la main !
  2. Quand le mélange est suffisamment monté et épais pour être étalé, incorporez le Baileys, et recouvrez votre cake. Pour décorer les cupcakes un peu plus joliment, mettez le glaçage dans une poche à douille (ou bien cf. technique du ninja au paragraphe précédent) et enturbannez vos Irish car bomb cucpakes.

Servez-vous une bonne part de cake, laissez-vous tomber dans le fauteuil le plus proche, et félicitez-vous pour cette oeuvre. Puis comme le gâchis, c’est mal, servez-vous un verre de Guinness. Ou de Baileys. Ou même de whisky, si c’est ce qu’il vous reste !

 

Note #1 : j’avoue que ce gâteau est relativement consistant, donc pas la peine d’en prévoir pour toute une armée en en préparant une double dose. A moins de vous préparer pour une hibernation et d’avoir un besoin vital de calories, vous devriez être relativement rassasié avec une portion. Pour la même raison, prévoyez plutôt un sorbet ou des fruits frais si vous voulez un accompagnement joli sur l’assiette, et oubliez les idées du genre coulis de chocolat, etc. Quoique, un dessert aux USA s’appelait “death by chocolate”, j’imagine qu’on peut effectivement y arriver 😀

Note #2 : n’attendez pas avant de vider le plat, le gâteau s’était un peu desséché les jours suivants. La prochaine fois je vais essayer d’ajuster le temps de cuisson pour que le cake soit un peu plus moelleux, tout en étant tout de même suffisamment ferme pour pouvoir être découpé et garni. Vérifiez peut-être la cuisson du cake 5min avant la fin du temps réglementaire, à l’aide d’un cure-dent inséré au centre…

Note #3 : comme expliqué au début (je vous avais prévenus au tout début du blog, je radote), la première fois que j’ai goûté cette tuerie ce gâteau, il était garni au centre d’une pâte qui ressemblait plus à une sauce caramel proprement hallucinante qu’à une ganache. Je n’ai jamais trouvé la recette qui corresponde, mais libre à vous de tenter et de me dire quel est le résultat !

 

 

*** THE ENGLISH SIDE… ***

 

 

Two years ago, a colleague brought a weird dessert for our division potluck. It didn’t look super appealing at first, but it was some sort of chocolate cake, and every chocolate cake deserves to be tasted. This is an implicit law. She explained that she couldn’t find the time to bake anything and that she bought this cake the same morning at the lottery for some kind of charity. I tried a piece of it… and fell in love. Holy crap. It was rich, chocolatey, gooey, like a decadent brownie with liquor in it. But how on Earth am I supposed to find out what’s inside if she bought it?! After a minute or two, she remembered that it was called an “Irish bomb cake” or something similar.

Watson, this is a lead! Let’s check with Holmes-google. Internet told me that it was actually called an “Irish car bomb cake”, and it took me a little while to find a recipe that matched my memory of what I ate. Basically, this is a Guinness chocolate cake, cut in half, filled with a whiskey chocolate ganache, and covered with a Baileys frosting. The one brought by my colleague seemed to be filled with some kind of indecent caramel sauce instead of ganache, but this version still sounds promising! The closest recipe to what I remembered happened to be for Irish car bomb CUPcakes… So I ended up making my own recipe, picking the ingredients from this one, and adjusting the cooking time with another recipe:

http://cake.betterrecipes.com/irish-car-bomb-cake.html

http://biscuitpusher.blogspot.com/2009/02/irish-car-bomb-cake.html

It took me about 2 or 3 hours to make the whole cake, but of course this includes the baking and cooling times, so don’t get scared. It should let you plenty of time to watch the latest episode of your favorite show, finish the book that has been decorating your bedside table for months, etc. (Don’t pretend you always manage to finish all the books you start. I won’t believe you.). That being said, you might want to add a good extra 20min if you don’t have any stand mixer. You will have to prepare the frosting ninja style, creaming the butter manually until fluffy. It’s perfectly doable, no worries, and you will be even prouder of your masterpiece! Just make sure you have put some deodorant before beating the crap out of this poor butter.

 

Ingredients

Guinness chocolate cake:

  • 1 cup Guinness
  • 1 cup (2sticks = 230g) butter
  • ¾ cup unsweetened cocoa
  • 2 cups flour
  • 2 cups sugar
  • 1 ½ teaspoon baking soda
  • ¾ teaspoon salt
  • 2/3 cup sour cream
  • 2 large eggs

Ganache filling:

  • 8 oz bittersweet chocolate
  • 2/3 cup heavy cream
  • 2 tablespoons butter (room temperature)
  • 1 or 2 teaspoons whiskey

Baileys frosting:

  • 1 stick butter (115g, room temperature)
  • 3 or 4 tablespoons Baileys
  • 3 or 4 cups confectioners’ sugar (I know, this is huge. You might want to taste your frosting several time while adding the sugar, only half of this quantity might be enough)

Method

For the cake:

  1. Preheat oven to 350F.
  2. In a large saucepan, simmer together Guinness and butter on medium heat. Add cocoa, whisk until well incorporated, and set aside to cool.
  3. In a large bowl, whisk together flour, sugar, salt and baking soda.
  4. In another bowl, mix the eggs with the sour cream.
  5. Once cooled, add the chocolate mixture to the eggs. Add the flour and beat briefly, and then combine with a rubber spatula.
  6. For cupcakes style (approx. 20-24 cupcakes): bake 15min. For a square cake (8in pan): bake 15min at 350F, then lower to 300F for 10-15min.

Once the cake is baked, let it cool completely, and prepare the ganache filling.

  1. The traditional way to make a ganache is to heat the cream (do not let it boil!) and pour over the chocolate (ground or cut into small chunks), stir until melted. If you don’t have time to cut it into small chunks or no good knife to chop it, you can simply melt it with the cream in a saucepan on low heat.
  2. Once you have a nice and smooth chocolate paste, stir in the softened butter and flavor with whiskey.
  3. Once cooled, cut your cake in two and spread the ganache between the 2 halves, or fill the cupcakes (you can remove the center part of the cupcake with an apple corer, and pipe the ganache with a pastry bag).

Finally, prepare the frosting:

  1. Use a stand mixer and whip the butter for several minutes, until fluffy and light in color. Keep whipping and add the sugar little by little.
  2. When the mixture is thick enough to be spread, add the Baileys until combined, and frost your cake/cupcakes!!

Cut yourself a good piece of this crazy cake, pat yourself on the shoulder, and pour yourself a glass of Baileys. Or whiskey. Or Guinness. You can see with the ingredients that you have plenty of drinks options with the leftovers!!! 😉

 

Note #1: I have to admit that it’s a pretty heavy cake, so you don’t need to make a huge one for a dinner. Except if you are in the middle of winter and you need your calories to survive, you should be fully satisfied with a small piece / one cupcake, served with a scoop of sherbet or some fresh fruits.

Note #2: don’t wait too long before eating this cake; mine was nice the first day, and a little dried out the next days. I have to find a way to adjust the baking time so the cake stays a little moister, but still firm enough to be cut lengthwise. You may check if it’s cooked enough with a toothpick inserted in the center of the cake 5min before the end of the advised cooking time.

Note #3: as I said above (I warned you, I ramble. Often.), the first time I ate this cake, it was filled with something that tasted more like an amazing decadent caramel scotch sauce than a ganache. I haven’t found a recipe that matches this cake so far, but it is really a mouth-watering memory. (Yes, I have gustative memories. Don’t you?) Anyway, feel free to try it and let me know how it turns out!

Moelleux Pistache Nutella

Two months ago, I saw a cooking TV show where a contestant prepared Pistachio fondants. It didn’t really show how it turned out, but the persons who tried it were beaming and making all kind of strange noises, so I guessed the result was nice enough to give it a try!!

I spent a little while trying to decide what to choose between the two major sorts of recipes I found online. Cakey with whole eggs, or super light with egg whites only? Beaten egg whites or not? As I wanted to prepare a little vanilla custard to serve with the fondants, I knew I would need egg yolks. I hate wasting ingredients, so let’s try the light version of the recipe, with egg whites only!

Last addition to the concept that already makes me all bubbly with impatience… This was Nutella Day. Can you believe that someone actually declared an official NUTELLA DAY? Yes, you read well, and I know it must make you a bit emotional, but it’s all right, it’s normal to get emotional with Nutella. Well, let’s say that it was a holy mission to celebrate this Nutella day, and I figured that a core of melted Nutella would add an insane nice touch to the pistachio fondants.

/!\ The preparation is pretty fast, but you need 2hrs to cool the dough.


Ingredients (for around 6 muffin-size cakes, use a muffin pan):

  • 135g of sugar (just a little over 3/4 cup)
  • 60g of unsalted ground pistachio nuts (you can make it yourself by putting the nuts in a blender)
  • 50g of flour (just a little less than 1/2 cup)
  • 3 egg whites (don’t trash the yolk, you can use it to make some vanilla custard to serve with the cakes)
  • 90g of unsalted butter (just a little over 3/4 of a stick)
  • 1 teaspoon of Nutella per cake
Steps
  1. Grease and flour your muffin pans if they are metallic ones.
  2. Melt the butter (I use a microwave, be careful not to let it brown if you use your stove)
  3. Ground the pistachios in your blender. Add the flour and sugar, and blend again (at this stage, you should get a powder).
  4. Whisk quickly the whites in a big bowl (with a good old hand whisk, it should take a minute or two. You want it a little foamy and fluffy, just to give a little texture to the cake… Don’t bother using any stand mixer for that), and add the pistachio powder. Fold gently until homogeneous.
  5. Add the melted butter and mix again gently, until all the ingredients are well combined.
  6. Pour in the muffin pans, and put in the fridge for 2 hours.
  7. Preheat the oven to 360F. Add 1 tsp of Nutella in the center of each muffin (no need to push it down, leave it on top, the dough will cover it while baking).
  8. According to the recipe, it should cook for 10 to 15min, but mine cooked for 25min! You need to check on the dough with a wooden stick, or a knife blade, to be sure this is cooked, or at least mostly cooked. Remove from the oven and eat when still a little warm, with the vanilla custard. Or whipped cream, or chocolate sauce, or whatever you prefer!

 

*** THE FRENCH SIDE… ***

 

Depuis mon retour en France, je dois admettre que passer des heures avachie devant Cooking Network me manque cruellement. Bien heureusement, au fil de ces dernières années, les émissions culinaires se sont mises à pulluler sur nos ondes, je peux donc continuer à me donner faim devant mon poste sans être trop en mal de mes shows fétiches. Enfin un peu quand même. Mais moins.

Il y a deux mois, l’une de ces émissions m’a attiré l’oreille lorsque l’un des candidats a préparé des moëlleux à la pistache. Le montage était un peu fait à la va-vite, si bien qu’on n’a pas vraiment pu voir le résultat en images, mais les mines extatiques et les grognements de contentement des goûteurs m’ont largement ouvert l’appétit !

Il m’a fallu un petit moment pour me décider entre les deux grandes catégories de recettes que j‘ai trouvées sur internet. Super légers avec simplement des blancs d’oeufs, ou plutôt une consistance de cake avec des oeufs entiers ? Blancs d’oeufs battus ou non ? Comme je voulais prévoir une petite crème anglaise pour accompagner les moelleux, je savais qu’il me faudrait des jaunes d’oeufs. Donc hop, pas de gâchis, on va partir sur la pâte légère à base de blancs d’oeufs.

Dernier ajout à cette idée de dessert qui me fait déjà sautiller d’impatience… Il se trouve qu’on était le Nutella Day. Vous imaginez que quelqu’un a décrété un jour officiel du Nutella ?? Oui, vous avez bien lu, et j’imagine que ça doit vous rendre tout chose, c’est normal d’être émotif quand on parle de Nutella. Disons que cela a rajouté un impondérable plutôt agréable, et que pour célébrer ce Nutella Day comme il se doit, on va rajouter une bonne cuiller de Nutella au centre de chaque gâteau ! Non mais des fois.

/!\ La préparation est tout simple, mais il faut prévoir 2h pour réfrigérer la pâte.

Ingrédients (pour 6 moelleux de la taille d’un muffin):

  • 135g de sucre
  • 60g de pistaches émondées NON salées (ou de poudre de pistache, si vous en trouvez)
  • 50g de farine
  • 3 blancs d’oeufs (utilisez les jaunes pour faire une petite crème anglaise par exemple)
  • 90g de beurre
  • 1 cuiller de Nutella par moelleux

Préparation

  1. Beurrez et farinez vos moules à muffins s’ils ne sont pas en silicone.
  2. Faites fondre le beurre (j’utilise souvent le micro-ondes en essayant tant bien que mal de ne pas faire exploser le beurre, mais vous pouvez utiliser une bonne vieille casserole… attention simplement dans ce cas à ne pas le laisser brunir).
  3. Réduisez les pistaches en poudre dans un mixer (c’est normal si il reste des morceaux et que le rendu est peu régulier).
  4. Ajoutez la farine et le sucre, et mixez à nouveau. A ce stade, vous devez obtenir une poudre.
  5. Battez à la main les blancs d’oeufs dans un grand saladier. Une ou deux minutes suffiront, on ne veut pas les monter en neige, simplement les faire mousser un peu.
  6. Ajoutez la poudre de pistache, et incorporez délicatement avec une spatule. Ajoutez le beurre, et mélangez toujours aussi délicatement, jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Eh oui, délicatement, pas la peine de faire la brute si vous voulez obtenir des petits moelleux tous légers.
  7. Remplissez vos moules à muffins, et réfrigérez pendant 2h.
  8. Préchauffez le four à 180°C, et ajoutez une bonne cuiller à café de Nutella au centre de chaque moelleux. N’enfoncez pas le Nutella, en cuisant la pâte va le recouvrir. (D’ailleurs si quelqu’un a un truc pour pas qu’il ne finisse tout au fond, je suis preneuse !!).
  9. D’après la recette que j’ai reprise du très très chouette blog Grignotages et Papotages, enfournez pour 10 à 15minutes… Mais attention ! Les miens ont eu besoin de quasiment 25min. Vérifiez bien si votre moelleux est cuit (ou à peu près cuit !) en insérant un cure-dent ou une lame de couteau. Sur le côté cette fois, pour ne pas tomber dans le coeur de Nutella.

Laissez refroidir quelques minutes pour pouvoir les démouler, et mangez ces moelleux encore tièdes, avec la crème anglaise. Ou bien de la Chantilly, du chocolat fondu,… comme vous préférez !

Madeleines au Chocolat

La semaine dernière, en faisant mes courses, je suis tombée nez à nez avec des promos (le genre d’offres en bout de rayon qu’on ne regarde jamais vraiment, pressés qu’on est de mettre la main sur le dernier pot de Nutella, le dernier déo de notre marque préférée, ou les dernières tomates pas encore réduites en bouillie) sur des articles de cuisine… Autant vous dire que je me suis fait plaisir, et que j’ai un peu complété ma panoplie de pâtissière en herbe !! Feuille en silicone, poche à douille et stylo à décorer, pour ne plus me battre comme une galérienne avec ce bon vieux papier sulfurisé et mes ziplocs à angle coupé… et un moule à madeleines.

Ca peut sembler tout bête, mais je n’avais jamais encore osé en acheter, quand j’habitais en France mon non-salaire d’étudiante criait à l’inutilité d’un tel article qui ne sert “qu’à faire des madeleines”. Eh oui, c’est bien connu, quand on est étudiant, 1/ on n’a pas de place, et 2/ on n’a pas de thunes, donc chaque article stocké dans la kitchenette d’un 12m² se doit d’être mutlifonctionnel. Un simple moule à cake sert donc à faire des gratins, des terrines, du tiramisu, des cakes, à stocker des couverts, et se transforme en Tupperware une fois recouvert d’un bout de film plastique… Ah, souvenirs, souvenirs. Par contre, essayez de faire un cake ou un gratin dans un moule à madeleines, et vous comprendrez vite en quoi cet outil est catalogué comme complètement superflu pour une étudiante. Cela dit… 😀

Ces années sont bel et bien finies, les années USA passées à me goinfrer de cup/cheese/pancakes également, je peux donc me remettre à la pâtisserie française, en m’aidant enfin des outils idoines. Amen !

Reste à trouver pour cela une recette correcte, et autant vous dire qu’au bout de 2h passées sur divers sites de cuisine pour trouver un “squelette” commun à toutes les préparations, que je puisse allègrement piquer et adapter à ma sauce… j’ai fait chou blanc. Eh oui, il semble qu’il y ait autant de bases de recettes de madeleines que d’internautes prêts à en poster. J’ai donc fini par en choisir une au hasard  (enfin, au hasard… celle qui avait la plus belle photo et les meilleurs commentaires, huhu), et il se trouve que c’est une recette de madeleines… au chocolat. Evidemment. Pourquoi faire des madeleines au citron quand on peut en faire au chocolat, je vous le demande ?

La recette de base est étonnament simple et rapide pour un résultat vraiment nickel dès la première tentative, je n’y ai presque rien changé… c’est la magie du moule qui fait tout !! Et d’après tout ce que j’ai pu lire (être en recherche d’emploi vous laisse laaaargement le temps de potasser votre sujet correctement), l’autre petit truc pour réussir la recette, c’est de respecter le temps de mise au frais, le choc thermique à la cuisson assurera une belle bosse à vos madeleines.

Madeleines au Chocolat

Temps de préparation : 40 min
Temps de cuisson : 12 min

 Ingrédients (pour 20 grosses madeleines) :

  • 3 oeufs
  • 90 g de beurre
  • 100 g de sucre
  • 110 g de farine
  • 120 g de chocolat pâtissier
  • 1/2 paquet de levure

Ajout perso, car je trouve que la recette de base manque un chouilla de saveur quand on utilise un chocolat lambda : 1 cuiller à soupe de cacao amer (type Van Houten) mélangée à la farine, et 1 cuiller à café d’extrait de vanille (ou un sachet de sucre vanillé)


Préparation : 

  1. Battre les oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange mousse.
  2. Ajouter la farine et la levure (si vous ne voulez pas vous retrouver avec un mélange plein de grumeaux, tamisez bien la levure dans la farine, la mienne s’agglomère dans ma cuisine humide).
  3. Faire fondre le beurre et le chocolat séparément, et les intégrer au mélange. Vous devriez obtenir une belle pâte bien lisse.
  4. Mettre la pâte au frigo pendant 30 min (important pour obtenir une belle bosse à la cuisson). Préchauffer le four à 220°C pendant ce temps.
  5. Mettre une grosse cuiller à café de pâte dans les empreintes à madeleines. Il ne faut pas essayer de les remplir complètement, sous peine de voir la pâte déborder. Comme mon moule est en silicone, pas besoin de le graisser ou fariner, mais pensez à cette étape si vous utilisez des moules métalliques.
  6. Enfourner pour 5 min à 220°C (thermostat 7-8), puis baisser la température à 200°C (thermostat 6-7) et laisser 7 min.

Dites-m’en des nouvelles !! 😀

 

 

*** THE ENGLISH SIDE… ***

 

 

Have you already heard of madeleines? This is the kind of soft little cookies in the shape of a shell, almond- or citrus-flavored, that you can find in Starbucks for example. Well, this is one of our typical sweet snacks that every French person (myself included) has been eating by dozen as a kid.  Like little US kids with Oreos.

I had never tried to bake these before, for a simple and silly reason: I didn’t have any madeleine pans!! When you are a student, you usually try not to overload your ridiculously small kitchen with useless items, and a pan that can be used to bake one single kind of cookies is automatically considered as useless. See, with something like a regular square pan, you can bake brownies, sponge cakes, carrot cakes, potatoes gratins, and store other square pans or random items in it…high efficiency. But now, good news, I have a decent-sized kitchen, which means that I can afford extra baking items, like a stand mixer, pastry bags… AND madeleine pans!

Once back from the store with my magic pans, all I needed was a decent recipe. Yes, when you buy a new cooking item, you need to try it right away. Like when you buy a new nail polish, or a new videogame (according to what kind of hobbies you have…). I spent quite some time on different cooking websites and blogs, and for once I didn’t really manage to find one “basic recipe” for madeleines that I could have stolen and transformed a bit. It seems like there’s as many different recipes as people writing them! So I chose the one with the best pictures and reviews, rolled my sleeves up, and in less than an hour, the amazing smell of chocolate madeleines was filling up my kitchen 😀

The recipe is surprisingly easy (who said you need to sweat a whole afternoon to get something good out of your kitchen?) and the result very nice from the first attempt. I just made a little adjustment to get a little more flavor, but I think you won’t need it if you use a very good chocolate.

For once, I’m not going to make any conversion from metric quantities to cups, because the amounts are too precise to get something relevant (and you might want to hit me with an iron skillet if I tell you to measure 10 or 12 spoons of something). But you can find cheap scales in grams and oz, trust me!

CHOCOLATE MADELEINES

Prep time: 40 min
Cook time: 12 min

Ingredients (for 20 madeleines):

  • 3 eggs
  • 90 g of butter
  • 100 g of granulated white sugar
  • 110 g of all-purpose flour
  • 120 g of good semi-sweet or bittersweet chocolate
  • 1 teaspoon of baking powder

Note: I’ve added 1 tablespoon of cocoa powder, and 1 or 2 teaspoons of vanilla extract, to add a little more flavor to the madeleines. You might not need it if you use a good-quality chocolate, like Valhorna, etc.


Directions 

  1. In a large bowl, whisk together eggs + sugar until foamy.
  2. Add sifted flour + baking powder (+ cocoa powder if you decide to add some)
  3. Melt separately the butter and the chocolate. Add it to the mixture, you should get a nice and smooth batter.
  4. Put your batter in the fridge for 30minutes. This will allow your madeleines to get this nice big bump while cooking. Meanwhile, preheat your oven to 425 degrees F.
  5. After 30min in the fridge, take the batter out. Make sure your pans are greased if you don’t use silicone ones, and scoop about one tablespoon of batter in every madeleine form. Don’t try to fill it completely or it will run over, and you don’t want to waste a drop of this batter. No, you don’t.
  6. Bake in the preheated oven at 425F for 5minutes, then lower the heat to 390F and bake for another 7minutes. Let cool for a few minutes, at least as long as you can stand the smell without scraping it off the pan!