Briochettes fourrées

I’m pretty sure all of you have already been eating stuffed brioche rolls from the supermarket… Really convenient snack, easy to grab on the go when you need to run after your bus (I hate mornings, so I basically run after my bus every morning).

Well, guess what? It is so easy to make yourself! And incredibly more flavorful, moist and yummy. Much healthier as well: no conservatives, additives or plastic wrap!

You’ll only have to play with your hands and knead the dough for 5min, let it rise gently and have a nap / finish your book / your Dexter episode in the meantime, play 5 more minutes with the dough to form the briochettes, and here we go! After their journey in the oven, I swear you’ll be drooling on the floor.

 

 

STUFFED BRIOCHE ROLLS

 

Ingredients:

  • 3 cups all-purpose unbleached flour (350g)
  • 50g butter (~ 3 or 4 tablespoons, ½ stick)
  • ¼ cup sugar (50g)
  • 200mL milk (a little over ¾ cup)
  • 1 egg yolk
  • 1 package active dry yeast (¼ oz – 7g)
  • 1 teaspoon salt
  • Stuffing: dark chocolate cut in bars, or any jam you want

Note: feel free to stuff your brioche rolls with caramel if you fancy it, or add chocolate chunks to the dough instead… Be creative!

Directions:

  1.  Heat gently the milk until lukewarm, using a microwave or the stove (be sure to watch it in this case). If you made it boil accidentally, wait until it cools a little bit: if the milk is too hot, you might kill the yeast. When lukewarm, remove from the heat, stir in the yeast and set aside.
  2. Melt the butter on the stove over low heat, or in the microwave (don’t let it burst!). Once melted, remove from the heat and add the sugar.
  3. Combine the milk and butter mixtures.
  4. Sift the flour in a large bowl with the salt, and pour the liquid mixture. Start stirring with a fork, and finish combining correctly with your hands, until the dough forms a smooth, firm ball.
  5. Knead this dough for a couple of minutes. If it looks too dry, add an extra dash of milk; and if too sticky, add a spoon of flour. Cover the bowl with a plastic wrap or a towel, and leave it for 30min in the warmest place of your kitchen. The dough will rise, and should double in size.
  6. Line a baking sheet with parchment paper, and start forming the rolls. You should have enough dough to make 6 giant briochettes, or 8 small ones. In any case, for every briochette, form an oval with the portion of dough, and flatten it. You can now add your stuffing in the centre, fold the dough over it and seal the roll. If you use a chocolate bar, it is pretty easy to close the dough all around it and to form a nice roll, but this is a bit trickier for the jam. Be sure to really flatten the oval, or the jam will try to escape the roll when you attempt to close it.
  7. Let the rolls rise for 30 more minutes, and in the meantime, preheat your oven to 400F. Be careful though: our oven is pretty strong and tends to overcook everything, so I only preheated to 370F. I didn’t want to end up with dry brioche rolls!
  8. Brush the surface of the brioche rolls with the egg yolk, and bake for 15min, until golden brown.

For once, refrain yourself from having a bite of it straight away. I know this is pretty unusual, coming from a sugar fanatic like me, but please let it cool a few minutes, or you’ll end up with burnt tongue due to boiling jam… But after 10-15min of cooling, no quarter, bring it on!!!

.

.

.

.

.

.

.

*** THE FRENCH SIDE… ***

.

.

.

.

.

.

.

J’imagine qu’à moins d’avoir passé ces 20 dernières années sur une autre planète, tout le monde a déjà mangé un Pitch, une de ces petites brioches fourrées au chocolat ou à la confiture. En tous cas, j’en ai avalé des quantités peu avouables étant collégienne, sans une once de remords ! C’était l’en-cas idéal à glisser dans son sac à la va-vite avant de courir après son train. Mais depuis que la mouche de la pâtisserie m’a piquée, je me dis que c’est typiquement le genre de goûter qui gagnerait à être fait maison.

Une recette facile et pas bien chère, qui va embaumer toute la maison, c’est quand même plus sympathique qu’un truc cartonné qui sort d’un cellophane, non ?  🙂

 

 

BRIOCHETTES FOURRÉES

 

Ingrédients :

  • 350g de farine
  • 50g de beurre
  • 50g de sucre
  • 20cL de lait
  • 1 jaune d’œuf
  • 1 sachet de levure de boulanger
  • 1 cuillère à café de sel
  • Garniture : du chocolat pâtissier coupé en barres, ou de la bonne confiture du fruit de votre choix

Note : vous pouvez bien évidemment utiliser le fourrage de votre choix, si vous avez envie de faire des briochettes aux carambars, ou de mettre plutôt des pépites de chocolat, c’est vous qui voyez !

Préparation :

  1.  Faites tiédir le lait, au micro-ondes ou dans une casserole (sous surveillance !) à feu doux. Versez le sachet de levure dans ce lait tiédi. Attention : si le lait est brûlant, vous risquez de tuer la levure, et la pâte ne lèvera pas. On a dit tiède, le lait !
  2. Faites fondre le beurre, là encore au micro-ondes ou dans une casserole à feu doux. Ajoutez le sucre.
  3. Mélangez le lait et le beurre sucré.
  4. Versez la farine et le sel dans un grand bol, faites un puits au centre, et ajoutez le mélange de liquides. Commencez par mélanger à la fourchette, puis allez-y à pleines mains (ma partie favorite !!)
  5. Pétrissez la pâte pendant environ 5 minutes. N’hésitez pas à rajouter un peu de farine si elle colle trop, ou un peu de lait si elle est trop sèche. Elle doit être homogène et élastique. Couvrez votre bol d’un torchon propre, et laissez monter dans le coin le plus chaud de votre cuisine pendant 30 minutes.
  6. Installez une feuille de papier sulfurisé sur une plaque allant au four. Façonnez des pâtons (la quantité de pâte permet de réaliser 6 grosses briochettes, ou 8 moyennes), appuyez bien au milieu pour obtenir une sorte d’ovale. Au milieu de cet ovale, déposez une barre de chocolat ou un trait de confiture. Puis refermez les côtés de l’ovale, en soudant bien, de façon à former une briochette ayant une tête de Pitch. Attention : pour les briochettes à la confiture, si vous n’aplatissez pas assez la pâte avant de déposer la confiture, vous n’arriverez pas à bien la refermer, et vous allez avoir des fuites de confiture à la cuisson… Ce qui serait quand même bien dommage !!!
  7. Laissez monter encore 30 minutes, et pendant ce temps préchauffez le four à 200°C. Avec un pinceau de cuisine (au doigt pour moi… Encore un ustensile à ajouter sur ma liste de courses !), badigeonnez le jaune d’œuf sur les briochettes. Enfournez pour 15 minutes environ, elles doivent être bien dorées.

Je vous conseille vivement de laisser refroidir un petit quart d’heure avant de dévorer le premier homemade Pitch, sous peine de vous retrouver comme moi avec la lèvre cramée par la confiture bouillante… Mais ce délai passé, pas de pitié !!!

Advertisements

Flan Coco au Caramel

Ca vous est déjà arrivé, un début de désastre rattrappé en petit délice à force d’entêtement ? Eh bien ça a un peu été le cas pour la production du jour, qui a failli passer à la poubelle, et s’est finalement révelée suffisament réussie pour que 4 affamés nettoient le plat en une soirée ! 🙂

Il faut dire que je n’avais pas grand-chose pour m’aider ce jour-là : on démarre avec une boîte de le lait condensé déchiquetée  ouverte au couteau, on continue par des blancs d’oeufs montés en neige à la main, pour finir en apothéose par un flan cuit… dans un saladier. Vive l’équipement rudimentaire de ma cuisine. Mais je voulais vraiment tenter cette recette, un souvenir assez spécial de ma période aux US… Difficile de compter le nombre de fois où j’avais supplié mon ancien coloc Jules de faire ce flan. C’est une vraie merveille, j’en raffolais, et pouvais finir le plat dans des temps records.  Mais n’habitant plus avec le spécialiste ès flan coco, à moi de remédier à mes fringales comme une grande fille !

La partie délicate a été de faire le caramel. Pour une fois je n’ai pas suivi de recette, j’ai fait au pif. Mais quelle idée… Il n’a jamais voulu caraméliser, et ce au plus grand intérêt de mon coloc italien chimiste, hypnotisé par ce qui se passait dans cette casserole (voir la photo où il protège sa chère et tendre du caramel potentiellement capricieux, tel un chevalier des cuisines modernes). Donc après avoir bien cristallisé et pourri le fond de ma casserole, il a fallu nettoyer tout cela et recommencer. Autre méthode, sans eau cette fois, et en remuant sans cesse. J’ai enfin obtenu un beau caramel ambré, mais dernière embûche : il se solidifie tout de suite, d’où l’intérêt de rajouter de la crème hors du feu pour qu’il reste liquide et ne fasse pas bloc au fond du moule.

Après toutes ces péripéties, gros soupir de soulagement au moment de la dégustation : le flan était délicieux. Tout le petit monde de la maison s’est resservi, les sourires étaient sur tous les visages, opération réussie ! La saveur est là, fidèle à mon souvenir, et d’un coup toute la bataille pour en arriver là semble complètement justifiée. Seul bémol : ce fichu caramel…mais ce n’est que justice, après tout je ne pouvais pas le faire aussi bien que Jules !

Voilà donc le reportage de cette bataille contre les éléments, et la preuve une nouvelle fois qu’il ne faut pas trop se prendre la tête en cuisine : même quand tout semble contre vous, le MacGyver spirit est de la partie et vous sauve la mise !

.

FLAN COCO

 

Ingrédients :

  •  1 boîte de lait concentré sucré
  • Le même volume de lait (utilisez la boîte vide pour mesurer)
  • 3 oeufs
  • 125g de noix de coco râpée
  • Caramel pour le fond du moule (voir explications)

Préparation :

 Le caramel

Aaaaah, le fameux caramel maléfique. Il m’aura bien donné du fil à retordre. C’est en fait le seul élément délicat du dessert, parce que vous verrez que la suite est bête comme chou, et peut être réalisée par un enfant de 8 ans. Aux yeux bandés. Fa-cile.

Exemple parfait de ce qu’il ne faut PAS faire : pour ma 1ère tentative, j’ai mis du sucre et de l’eau dans une casserole à feu moyen, mais au lieu de les laisser en paix, j’ai remué la casserole comme une furie, rajouté un peu d’eau, rajouté un peu de sucre… et obtenu un désastre. Sucre cristallisé en feuillets blancs = mettez tout cela à la poubelle, c’est irratrapable. J’ai tenté une 2ème technique : mettre du sucre SEUL dans la casserole, mettre à feu vif, et mélanger régulièrement à la cuiller en bois (j’avais un doute sur cette méthode, mais cela a marché). Au bout de 2min, un beau caramel ambré est apparu, et là, il faut faire vite : retirez du feu, et aromatisez à votre guise. Crème liquide (attention aux bulles du caramel fou qui vont vous crâmer les avant-bras) et beurre salé ou fleur de sel, ou bien une lichette de rhum et du lait de coco… Comme vous le sentez.

Sur cette recette, on voit que mon flan ne baigne pas dans une mare de caramel comme il le devrait. Donc à retenir, ½ cup de sucre ce n’est pas du tout suffisante si on veut un bel effet Flanby qui dégouline, doublez-moi ces doses !! Je dirais à vue de pif : 150 à 200g de sucre. Le mieux étant de suivre une recette où on SAIT pour sûr qu’elle a marché : https://muffinmaniac.wordpress.com/2012/03/29/salted-caramel-brownies/

Le reste

  1. Préchauffez votre four à 180°C.
  2. Mélangez les deux laits, puis rajoutez les oeufs battus et la noix de coco. Facultatif : vous pouvez aussi battre les blancs en neige avant de les incorporer délicatement à la préparation, comme je l’ai fait aujourd’hui : cela apportera un peu plus de légèreté à l’ensemble.
  3. Préparez le caramel ambré et versez dans le fond du moule de votre choix.
  4. Versez par-dessus le mélange lait-oeufs-coco.
  5. Enfournez pour 30 à 40min (cf note # 2). Vérifiez avec une lame de couteau que le flan est bien pris, et laissez refroidir une vingtaine de minutes avant de retourner sur le plat de service. Pas de panique si le flan ne se démoule pas du premier coup : redressez votre moule, passez une lame de couteau entre le flan et la paroi sur tout le pourtour du moule, et retournez à nouveau… Cela devrait aider votre flan à se démouler, avec un joli “plop” et un geyser de caramel.
  6. Réfrigérez votre chef-d’oeuvre pour 3h minimum, puis coupez-vous en une bonne part, et savourez… Soupirs de contentement acceptés.

Note #1 : J’ai pris un moule rond en pyrex allant au four, mais un moule à cake en verre, ou un moule cannelé anti-adhésif iront très bien également.

Note #2 : Si vous avez de quoi faire un bain-marie, c’est préférable, la cuisson sera plus uniforme. Comme pour une crème aux oeufs ou une crème brulée. Mais là encore le matériel m’a fait défaut… J’ai donc du laisser 40min au lieu de 30min pour que le centre soit bien pris, ce qui a fait que le dessus a commencé à prendre beaucoup de couleur… Recouvrez vite d’un papier alu si cela vous arrive, cela évitera au flan de brûler. Encore du système D, mais qui marche !

Note #3 : idée de variante pour les personnes intolérantes au lactose… Et pourquoi pas tenter de remplacer le lait par du lait de coco, et le lait condensé par de la crème de coco en rajoutant du sucre ? 😉

.

.

.

.

.

.

.

*** THE ENGLISH SIDE… ***

.

.

.

.

.

.

.

I think I have found one new think that drives me crazy in a kitchen. After flat pancakes, liquid crème brulee and digusting rice pudding, my new struggle is caramel.

Considering the non-equipment of my kitchen and my Sunday-clumsiness, this baking session wasn’t looking very promising. And yet, the result was good enough for 4 hungry people to clean the plate in one evening!! Yes, even if it gets messy at some point, even if you’re ruining your pan by burning caramel, even if you have to open your can with a knife, whip your egg whites by hand and bake your flan in a salad bowl, it will all magically work in the end. The stubborn ninja baker you are laughs at these silly traps.

I really wanted to try this recipe, because it’s a special memory to me. One of my previous roommates, Jules, was the coconut flan master, and all along my stay in the US, I begged him numerous times to bake some for me. But he’s not here anymore, so I have to be a big girl, and fix my own cravings myself!!

The hard part was to make the caramel. I haven’t followed any recipe, and thought I’ll be fine. Mistake!!! I ended up with a white sugary concrete in the bottom of my saucepan, which mesmerized my chemist roommate (see picture). Other method after cleaning the pan, this time the sugar magically turned into the liquid gold I wanted. One last trap to avoid: you need to add cream or butter as soon as you turn off the heat so it stays liquid, otherwise it will solidify in a few seconds… how unfortunate when you expect it to drip over your pretty flan!

After all this mess, tasting was a huge relief: the flan was amazing. Completely worth the struggle, everyone ate at least 2 pieces of it. The flavor is the same than in my memory, the only weak point was the quantity of caramel. Fair enough, I couldn’t make it as well as Jules did, would have been wrong somehow!

 

 

COCONUT FLAN

 

Ingredients:

  • 1 can of sweetened condensed milk
  • Same volume of milk (use the empty can to measure it)
  • 3 eggs
  • 1 ¾ cups of unsweetened shredded coconut (~125g)
  • Caramel for the pan (see details below)

 

Method:

Caramel

Ouch. The evil caramel. Unless you are used to make some on a regular basis, this might be a tricky part. Actually this will be the only tricky part, as the rest of the recipe can be fixed by a 5-year old, with a blindfold and boxing gloves. Yes, that easy.

Perfect example of what you DON’T WANT to do: I first put sugar and water in a saucepan over low heat, stirring constantly and splashing it on the edges of the pan, adding a bit of water, a bit of sugar… And you end up with a white crystallized mess ruining your saucepan. Just trash the concrete sugar, you won’t be able to fix it.

Second technique I tried (still wary, but hopeful): put sugar ALONE in the saucepan, over high heat, stirring until it turns into caramel. It worked, but you have to be quick when you reach the desired color (amber for this recipe), otherwise the caramel will become solid as soon as you turn off the heat: pour some liquid cream and salted butter, or some rum and coconut milk… Depending on your mood, anything will be good, as long as you stay careful when adding it: the caramel will go nuts for a few seconds and splash burning drops everywhere, especially on your delicate forearms.

On these pictures, we can see that the flan is not really soaking in a pool of caramel, which means I haven’t prepared enough of it. Don’t hesitate to make large quantities of it (I would say use at least 1 cup of sugar), the more the better. The best option remains to actually follow a recipe you already KNOW, and where you’re sure it will work! You can make the caramel sauce given here: https://muffinmaniac.wordpress.com/2012/03/29/salted-caramel-brownies/

The flan

  1. Preheat your oven to 350F and adjust the rack to middle-position.
  2. In a large bowl, beat together the milk, condensed milk, eggs and coconut. Optional: if you have time and patience (you are a kitchen ninja, so you have time and patience), you can beat the egg whites until fluffy and firm. With a rubber spatula, fold the beaten egg whites into the batter very gently, until just combined. The flan will be a little lighter!
  3. Prepare the amber caramel, and pour it in the bottom of your pan.
  4. Pour the egg-milks-coconut mixture over the caramel.
  5. Pop it into the oven for 30 to 40 minutes (cf note # 2). Check with the blade of a knife inserted in the center of the flan: there should be no trace of liquid milk. Let cool in the pan for 20min or so, and flip it over the serving dish. Don’t panic if the flan doesn’t come out. Turn it up again, and simply slip a knife between the flan and the pan. Gently help it all around the edge if sticking, and flip over the serving dish again, it should plop out in a geyser of caramel. Make sure you use a rimmed platter!
  6. Then refrigerate for 3hrs, cut yourself a nice slice of your masterpiece, and enjoy. Moaning accepted.

Note #1: The pan I used to cook the flan was a large heatproof glass bowl. My roommate used to cook it in a glass loaf pan, and some people will use a metallic jelly mould, etc. In a word: use what you have in your kitchen, any of these will do!

Note #2: If you have a second pan big enough to contain the one you chose to bake your flan, then use it as a double boiler. You just need to fill the big pan with hot water, and set the smaller pan with your flan in this bath, it will help it cooking evenly. No cracks on top, and shorter cooking time! I didn’t have any pan big enough to make a double boiler, so I baked the flan directly in the oven, like a regular cake… It worked perfectly, but I had to leave it 40min instead of 30min, and ended up putting a foil on top of it for the last 10min: the crust was getting a little too brown.

Note #3: idea for people that are lactose intolerant: why not trying this recipe with coconut milk and cream instead of the dairy products? Simply add extra sugar as condensed milk is very sweet 😉

Apricot and White Chocolate Muffins

“Sitting in an English garden waiting for the sun. 
If the sun don’t come, you get a tan 
From standing in the English rain.” 

The Beatles were soooo damn right.

New country, new job, new house. New habits, new roommates, new weather.

New Virginie? Nope.

After 3 weeks in my new place, I have finally made the kitchen decent. It was completely empty when I arrived, so I had to gather all the cooking gear I needed to start baking again! Cups, pans, bowls, whisk, scale, etc…

And here we are, a quiet Sunday afternoon under a nice British pouring rain (= stuck at home). Luckily, my closets are now full of food and various gadgets, the oven is not trying to make us suffocate with nasty fumes anymore, so let’s put some music and have a little fun. Of course, the first baking session in my new kitchen is a sort of celebration… that deserves nothing else than muffins. Warm golden brown delicious muffins. One recipe caught my attention in the book I mentioned in the previous post: apricots and white chocolate chunks muffins. Sounds yummy, let’s go!!!

 

 

APRICOT AND WHITE CHOCOLATE MUFFINS

 

Ingredients:

  • 2 cups all-purpose flour
  • 2 teaspoons baking powder
  • ½ teaspoon baking soda
  • ½ cup sugar
  • 1 pinch salt
  • ½ cup chopped dried apricots
  • 1/3 cup chopped macadamia nuts (Brazil nuts in my pantry today!)
  • 55g white chocolate chunks (2oz)
  • ½ cup canola oil
  • 2 eggs, beaten
  • 1 cup buttermilk (or milk mixed with yogurt if you don’t have any buttermilk left)
  • Optional: 1 teaspoon vanilla extract… Shouldn’t be optional at all, but I didn’t find any in the store!! It seems that finding proper ingredients will be my battle in this country!

Method:

  1. Preheat the oven to 400F. Grease muffin pans, or line with paper cups (or use silicone ones, MUCH easier!!).
  2. Chop the apricots, nuts and white chocolate.
  3. Whisk all powders together in a large bowl: flour, baking powder, baking soda, salt, sugar. Add the white chocolate chunks, chopped apricots and nuts (macadamia if you find some, otherwise any kind of nuts will fit well in this recipe).
  4. Whisk all liquids together in a second bowl: eggs, buttermilk, oil (and vanilla). Look at  how pretty the marriage of buttermilk with oil can be, without calling me crazy.
  5. Pour liquids onto powders, mix quickly until just combined, beating as little as possible. Don’t mind the lumps, this is the best way to have great muffins, you will end up with bricks if you overbeat.
  6. Spoon into prepared muffin cups, about 2/3 full. Bake for 20min or so: the muffins should be golden brown, and a toothpick should come out clean. Cool for 5 minutes before removing from pans to wire racks, and no need to wait, eat it!!

.

.

.

.

.

.

.

*** THE FRENCH SIDE… ***

.

.

.

.

.

.

.

“Sitting in an English garden waiting for the sun. 
If the sun don’t come, you get a tan 
From standing in the English rain.” 

Sacrés Beatles, ils avaient tellement raison. Soupir.

Nouveau pays, nouveau boulot, nouvelle maison. Nouvelles habitudes, nouveaux colocs, nouveau climat. Nouvelle Virginie? Nan.

Après 3 semaines dans ma nouvelle maison, j’ai enfin réussi à équiper la cuisine décemment. Elle était vide à mon arrivée, il a donc fallu rassembler un minimum d’ustensiles pour pouvoir se remettre à pâtisser : saladiers, cups, balance, moules, et compagnie…

Me voilà donc un dimanche après midi, morne sous la pluie battante (mais punaise, ils sont où les 35°C du Maryland?!), et coincée at home. Fort heureusement, mes placards débordent maintenant d’ingrédients divers qui ne demandent qu’à être cuisinés, et le four ne semble plus essayer d’asphyxier tous les habitants de la maison. Une session pâtisserie est et restera toujours le meilleur des remonte-moral pour moi, c’est donc le moment idéal pour monter la musique et s’amuser un peu!

Étant donné que c’est une première dans cette cuisine, je ne peux pas la baptiser en préparant autre chose que des muffins. Ca coule de source. Une recette avait retenu mon attention dans le livre dont je vous avais parlé dans le précédent article : muffins aux abricots et pépites de chocolat blanc. Mmmmh. Pas d’hésitations à avoir, hop hop hop, on s’y met !

 

 

MUFFINS AUX ABRICOTS ET CHOCOLAT BLANC

 

Ingrédients :

  • 250g de farine (2 cups)
  • 2 cuillers à café de levure chimique
  • ½ cuiller à café de bicarbonate de soude (pas de panique si vous n’en avez pas, ça aide la pâte à lever, tout comme la levure)
  • ½ cuiller à café de sel
  • 100g de sucre (½ cup)
  • 60g de chocolat blanc, coupé en grosses pépites par vos soins
  • Une dizaine d’abricots secs hachés (~80g, ou 125ml en volume)
  • 50g de noix de macadamia hachées (remplacées dans mon cas par des noix du Brésil, mais n’importe quelle sorte de noix fera l’affaire)
  • 120mL d’huile neutre (½ cup)
  • 2 oeufs battus
  • 250mL de buttermilk (1 cup, babeurre ou lait ribot en France, pas forcément courant dans les grandes surfaces, vous pouvez le remplacer sans problème par 1 yaourt mélangé à 125mL de lait)
  • Facultatif : 1 cuiller à café de vanille liquide (ne devrait pas être facultatif du tout,  j’en mets dans pratiquement tous mes muffins… Mais je n’en ai pas encore trouvé dans les magasins ici !!!)

 

Préparation :

  1. Préchauffez votre four à 200°C. Beurrez et farinez vos moules à muffins s’ils ne sont pas en silicone.
  2. Hachez le chocolat, les noix et les abricots.
  3. Dans un premier saladier, préparez le mélange sec : rassemblez la farine, la levure, le bicarbonate, le sel, le sucre. Ajoutez les pépites de chocolat blanc, les morceaux d’abricots et de noix.
  4. Dans un second saladier, préparez le mélange liquide : battez les oeufs avec l’huile, le buttermilk (et la vanille).
  5. Versez les liquides sur le mélange sec, et combinez rapidement en battant le moins possible, pour ne pas avoir des muffins compacts. Arrêtez dès que le plus gros de la farine est incorporé, sinon vos muffins vont ressembler à des briques. Les grumeaux sont parfaitement acceptés.
  6. Remplissez vos moules aux 2/3, et enfournez pour 18 à 20min (vérifiez en insérant un cure-dents ou la lame d’un couteau, ils doivent ressortir propres). Laissez refroidir dans les moules 5min avant de les transférer sur une grille. Ensuite, faites le tour de vos colocs et faites-moi disparaître tous ces muffins tant qu’ils sont encore tièdes !